La commission de gestion du Grand Conseil vaudois a constaté d’importantes lacunes en matière de communication et d’informatique lors du dépouillement des élections fédérales du 23 octobre.

L’analyse de la situation a mis en évidence l’absence inacceptable de toute communication tout au long de la journée, a expliqué mercredi Anne-Marie Depoisier, citée par l’ATS. Aucune solution de secours n’était prévue. La cellule de crise a été activée informellement et presqu’au hasard des rencontres, a constaté la commission, tout en rappelant que les résultats, en soi, ne sont pas contestés.