justice

Bulat Chagaev mis en prévention par le Parquet genevois

Le président de Xamax a été entendu jeudi pendant 4 heures.

Jeudi à 18 h, Bulat Chagaev a quitté le bâtiment du Ministère public genevois comme il y était arrivé quatre heures plus tôt: libre, sur le siège arrière d’une grosse berline noire.

Au terme d’une longue audition menée par le procureur Yves Bertossa, le président de Neuchâtel Xamax a toutefois été mis en prévention – c’est-à-dire inculpé – de faux dans les titres. A ce stade, le Parquet n’a pas retenu les deux autres chefs qui l’avaient motivé à ouvrir son enquête le 7 novembre dernier: la gestion déloyale et le blanchiment. L’enquête se poursuit néanmoins, indique le Parquet, qui se refuse à tout commentaire. En clair: il n’est pas exclu que Bulat Chagaev doive répondre de gestion déloyale ou de blanchiment dans un deuxième temps. Mais, selon une source proche du dossier, le Parquet pourrait bien ne «pas avoir grand-chose sur le blanchiment dans son dossier».

«Plusieurs questions ont été posées à mon client sur des protagonistes de cette affaire, a déclaré l’avocat de Bulat Chagaev, Jacques Barillon, à l’issue de l’audition. Tant sur des personnes physiques que sur des institutions financières ou des associations diverses. Préalablement, il s’est expliqué sur sa situation financière et la provenance de ses fonds et a répondu à des questions portant sur sa vie, depuis son enfance. S’agissant des deux documents (qui se sont révélés être des faux, ndlr), M. Chagaev a prévenu d’emblée qu’ils ne venaient pas de la Bank of America. Il n’a d’ailleurs jamais prétendu qu’ils étaient authentiques.»

Jacques Barillon a ajouté que son client serait reconvoqué ultérieurement et qu’il ne ferait aucune déclaration pour le moment.

Le premier document, daté du 14 septembre, était une attestation à l’en-tête de la Bank of America, certifiant que Bulat Chagaev disposait de 35 millions de dollars sur un compte américain, à disposition de Neuchâtel Xamax. Cette pièce avait été produite devant la justice neuchâteloise, lors de la procédure de mise en faillite du club, au début du mois de novembre. Elle avait valu à Bulat Chagaev l’ouverture de deux enquêtes pénales, à Genève et à Neuchâtel, ainsi que le dépôt d’une plainte pour faux dans les titres par un des créanciers de Xamax, l’avocat genevois Ralph Isen­egger. La semaine dernière, le Parquet neuchâtelois a confirmé qu’il s’agissait d’un faux. Le second document, similaire, était destiné à faire patienter la Swiss Football League, en attente de garanties financières.

Au cours des deux dernières semaines, des perquisitions ont été menées par les procureurs neuchâtelois et genevois dans les locaux des sociétés de l’homme d’affaires à Genève, dans ceux du club au stade de la Maladière, ainsi qu’au domicile vaudois de l’épouse de Bulat Chagaev.

Parallèlement à la procédure genevoise, le procureur général du canton de Neuchâtel, Pierre Aubert, poursuit son enquête pour faux dans les titres et escroquerie au procès. Mais le magistrat n’a pas encore auditionné Bulat Chagaev. Selon nos informations, la police neuchâteloise devrait entendre la semaine prochaine un ancien directeur sportif de Xamax.

La coordination des procédures genevoise et neuchâteloise fait actuellement l’objet de discussions entre les deux Parquets. Tôt ou tard, l’un des deux devrait prendre la main. Lequel? Toujours selon nos informations, et à voir la promptitude avec laquelle les procureurs genevois se sont auto-saisis de l’affaire, il y a fort à parier que le Ministère public genevois récupère le dossier.

La police neuchâteloise devrait entendre la semaine prochaine un ancien directeur sportif de Xamax

Publicité