La Suisse a condamné dimanche l'interdiction d'entrée aux Etats-Unis prononcée pour trois mois par Washington à l'encontre des ressortissants d'Iran, d'Irak, de Libye, de Syrie, du Yemen et de Somalie.

«Nous nous sommes toujours opposés à la discrimination des êtres humains en raison de leur religion ou de leur provenance, a expliqué le conseiller fédéral Didier Burkhalter dans un communiqué. En ce sens le décret pris aux USA va clairement dans la mauvaise direction.»

Défendre les droits des Suisses

Le ministre des Affaires étrangères a estimé que l'entrée en vigueur du décret aurait un impact sur «des personnes résidant en Suisse, en particulier celles ayant une double nationalité tombant sous le coup de ces nouvelles mesures».

Didier Burkhalter indique que la Suisse est «en contact avec les autorités américaines pour obtenir des informations [...] claires». Elle réserve «toutes mesures visant à défendre les droits des citoyens suisses concernés».

Selon Berne, la mesure américains est aussi contraire aux Conventions de Genève, dont la Suisse est la gardienne au niveau international.

«S’agissant des réfugiés, les Conventions de Genève impliquent que tous les pays accueillent les personnes victimes de la guerre, pour des raisons humanitaires, écrit Didier Burkhalter. Il est donc contraire à ces Conventions de stopper de manière générale l’accueil de personnes venant de Syrie.»