Religions

La burqa n’est plus un tabou au Parti socialiste

Certains socialistes entrent «en dissidence» sur la question de l’islam politique, qui ne faisait jusqu’ici pas débat au sein du parti. Certains vont même jusqu’à soutenir l’initiative sur la burqa, si le parlement ne légifère pas

Au Parti socialiste, un verrou a sauté. La ligne de faille entre les minoritaires «laïcards», tenants d’une stricte mise à l’écart du religieux, et les «multiculturalistes», qui ne craignent rien tant que la stigmatisation d’une communauté, commence à faire surface. Ils sont plusieurs, Romands et Alémaniques, à dénoncer les concessions faites aux religions – en l’occurrence l’islam rigoriste – sur le terrain public et politique. Jusqu’ici, la tolérance totale était la doxa du parti. Mais l’initiative sur la burqa est passée par là.

Lire aussi: La publicité sexiste bientôt bannie de l’espace public vaudois?

Cette initiative, lancée par le Comité d’Egerkingen – qui récidive après le succès de son l’initiative contre les minarets –, est sans concession. Elle vise à interdire la couverture du visage dans l’espace public. Le contre-projet du Conseil fédéral, lui, ne veut pas d’une interdiction générale dans la Constitution. En revanche, il veut punir l’obligation faite à une femme de porter le voile intégral, par le truchement d’une nouvelle loi fédérale qui amende l’article du Code pénal sur la contrainte. Il donne aussi une marge de manœuvre aux cantons.

«La lutte contre la xénophobie ne doit pas nous exonérer de la lutte contre le fanatisme»

Pour les uns, ce contre-projet est une habile pirouette destinée à empêcher les populistes de confisquer la question. Pour les «dissidents», c’est un écran de fumée. Le conseiller d’Etat vaudois Pierre-Yves Maillard a été l’un des premiers à annoncer qu’il ne combattrait pas l’initiative. Pour lui, le contre-projet au mieux manque sa cible, au pire consent aux inégalités: «Ce contre-projet n’est pas de nature à empêcher le succès populaire de l’initiative. Comment peut-on espérer que les femmes contraintes dénoncent ceux qui leur imposent le voile intégral? Et que signifie consentir à une telle aliénation?» Le conseiller national genevois Carlo Sommaruga défend l’opposé: «La réponse du Conseil fédéral est adéquate à une initiative islamophobe. Elle autorise à poursuivre la contrainte, ce qui est juste. En revanche, elle laisse libres les femmes qui portent le voile intégral par choix personnel.»

C’est sur ce point précisément que porte le différend. Qui de l’égalité ou du respect culturel doit l’emporter? «Imposer notre vision de l’égalité est l’expression d’un féminisme colonial, répond Carlo Sommaruga. De quel droit les Occidentaux peuvent-ils décider de la manière de s’habiller de personnes issues de cultures différentes et qui vivent en Suisse librement?» Au nom des principes fondamentaux qui régissent la société, selon Pierre-Yves Maillard: «On ne peut pas nier un siècle de combat pour l’égalité hommes-femmes au motif de la tolérance envers une minorité religieuse. Car en même temps que les minorités gagnent des espaces de «tolérance», toutes les intolérances religieuses reprennent l’offensive, comme on le voit aux Etats-Unis, où le droit à l’avortement est toujours plus contesté. La lutte contre la xénophobie ne doit pas nous exonérer de la lutte contre le fanatisme.»

«La burqa est une adhésion à la discrimination»

Depuis peu, le conseiller d’Etat est un peu moins seul. Choqué par une conférence du PS suisse sur l’islam, à mi-juin, le conseiller communal lausannois Benoît Gaillard s’est mobilisé pour s’opposer à son parti sur la place de l’islam. Autour de lui, Stephanie Siegrist, de Bâle-Ville, et Ursula Metzger, députée bâloise au Grand Conseil. Leur mouvement regroupe à ce jour une quarantaine de membres et sympathisants au sein du parti. Il s’en réjouit, même s’il sait que les ripostes et contre-feux viendront: «On a pris notre courage à deux mains pour soulever ce débat, qui n’a rien de raciste. On n’accepte plus d’entrer dans le jeu consistant à vérifier au préalable de quelle communauté un problème provient avant de juger de sa compatibilité avec les droits humains. La burqa correspond-elle au fonctionnement et valeurs de la Suisse? On dit non.»

Et la liberté individuelle, qu’en fait-il? «Dans l’espace public, le signe religieux a une signification indépendante de la personne qui le porte. La burqa est une adhésion à la discrimination.» Comme Pierre-Yves Maillard, Benoît Gaillard souhaiterait une interdiction légale, qui tirerait le tapis sous les pieds de l’UDC en rendant l’initiative sans objet. «Mais au pire, on soutiendra l’initiative, en jugeant le texte pour ce qu’il est et sans prendre en compte les intentions derrière. Ce ne serait pas la première fois.»

«Pas de leçons de féminisme à recevoir de la part du Comité d’Egerkingen»

Un pas que la conseillère aux Etats Géraldine Savary ne franchit pas: «Cette initiative équivaut à se prononcer pour ou contre les musulmans, ce qui est inacceptable. J’ajoute que je n’ai pas de leçons de féminisme à recevoir de la part du Comité d’Egerkingen, lui qui est contre l’égalité salariale, contre l’assurance maternité, contre le droit à l’avortement. L’interdiction de la burqa ne doit pas être inscrite dans la Constitution fédérale, mais dans la loi. Laquelle doit prévoir d’autres mesures, comme des mesures d’intégration des femmes migrantes.

L’avantage du contre-projet du Conseil fédéral, c’est qu’il ouvre un débat plus large.» Un débat qu’elle souhaite: «Il n’est pas impossible que le parlement propose d’interdire la burqa dans l’espace public et, si c’est le cas, je ne m’y opposerai pas. Car je suis sensible à la défense de la sécularisation et la burqa est une claire entrave à la liberté des femmes. Si les initiants sont honnêtes, ils devront alors retirer leur initiative.»

On verra quel sort le parlement réservera à ces débats. Mais à s’en emparer, la gauche saisit l’opportunité de ne pas détourner le regard face à un sujet qui préoccupe une partie des citoyens.

Publicité