Mobilité

Le bus électrique, mieux que le trolley mais plus cher que le diesel

Genève a développé un projet pionnier: TOSA roule grâce à une technologie de recharge électrique en 20 secondes. Le test dure depuis mars. Il est concluant

Dans le canton de Genève, l’ambition dans le domaine de la mobilité électrique a un nom: TOSA. «Trolleybus optimisation système alimentation» est une solution développée par ABB, les Transports publics genevois (TPG), les Services industriels (SIG) et les autorités cantonales, qui y ont investi 28 millions de francs. Le bus 100% électrique se recharge en vingt secondes, grâce à une technologie mise au point dans les ateliers de Sécheron.

Depuis la mi-mars 2018, TOSA est en exploitation sur la ligne 23: Carouge-Tours - Aéroport-P47. Au 30 novembre 2018, le bus a parcouru 282 654 kilomètres. Cela correspond à 66% des kilomètres réalisés sur la ligne 23 en 2018. Cette proportion n’a cessé d’augmenter au fil des mois. En mars 2018, 27% des kilomètres parcourus sur la ligne 23 avaient été effectués par des bus électriques TOSA, contre près de 90% en moyenne depuis septembre 2018.

Lire aussi: Coup d’accélérateur pour la mobilité électrique

Des économies intéressantes

On se souvient qu’une panne avait terni l’inauguration officielle. La cause en avait été rapidement identifiée (refroidissement des batteries embarquées). Depuis, aucun problème majeur n’est intervenu, même si «un sifflement a été signalé au moment des charges à certains arrêts, signale le porte-parole des TPG, François Mutter. Le constructeur procède actuellement à une modification technique sur les bus pour atténuer ce bruit.»

Si l’on compare les coûts (achat, infrastructure, amortissement), TOSA est meilleur marché qu’un trolleybus (-10%) mais plus cher qu’un bus diesel (+25%). Au niveau des frais d’exploitation, le véhicule électrique permet des économies intéressantes: les freins électriques sont plus efficaces. Ainsi, les plaquettes de frein doivent être changées tous les 500 000 kilomètres, contre 150 000 kilomètres pour les bus diesel. L’énergie de freinage et de décélération est récupérée dans les batteries.

Lire aussi: A Genève, une récompense pour un bus qui embarrasse

Douze modèles TOSA roulent à Genève. La ville de Berne s’est montrée intéressée. En France, la ville de Nantes a acquis un bus de 24 mètres (150 voyageurs). Il a commencé à circuler la semaine dernière. Une flotte de 20 véhicules a été commandée.

Publicité