Vêtu de bleu, il est souvent à La Sallaz, au cœur de la station du M2 lausannois. En bout de quai, avec son sourire profond et bienveillant, il observe, concentré. Dès qu’il y a un incident, une question, il intervient, répond, explique.