Assurance maladie

Les caisses Avanex et Sansan vont disparaître

Avanex et Sansan vont être regroupées au sein d’Helsana et de Progrès. Au total, 400 000 assurés sont concernés

Fin de parcours pour les caisses maladie Avanex et Sansan, du groupe Helsana. «Le Temps» a appris que la première sera intégrée à Helsana, et la seconde à Progrès, au premier janvier 2017. Au total, 400 000 assurés sont concernés, alémaniques dans leur majorité.

En cause: les nouvelles dispositions légales concernant les assureurs maladie. La première concerne la compensation des risques. Dès l’an prochain, un nouveau critère entre en ligne de compte, outre l’âge, le sexe et le séjour en hôpital: le seuil de coût pour les médicaments. «Pour les compagnies telles qu’Avanex et Sansan possédant un collectif en bonne santé supérieur à la moyenne, cette nouveauté se traduira par une charge supplémentaire susceptible d’entraîner une hausse marquée des primes», écrit l’assureur.

Les «bons risques» paieront pour les mauvais

En clair: les «bons risques» devront payer pour les mauvais risques. C’est pour lisser cette augmentation des coûts au sein de ses assurances qu’Helsana a décidé de regrouper ces deux caisses. Ce qui entraînera de toute manière une augmentation des primes pour les assurés d’ex-Avanex et ex-Sansan, «mais toutefois moins forte qu’elle ne l’aurait été si aucun regroupement n’avait eu lieu», explique la direction.

Un deuxième changement législatif a convaincu Helsana d’effectuer cette modification: «Dès 2017, le législateur exige que les primes annuelles couvrent les coûts cantonaux, explique Stefan Heini, porte-parole d’Helsana. En conséquence, il y aura davantage de variation dans les primes. C’est pour que les assurés d’Avanex et de Sansan ne soient pas prétérités que nous avons décidé de les regrouper dans Helsana et Progrès.»

D’autres caisses devraient suivre

Selon le porte-parole, d’autres caisses devront sans doute faire de même à cause de la compensation des risques: «On va assister à une consolidation dans la branche, car il devient désormais moins attractif d’avoir une caisse composée de bons risques. Cette tendance fortifie la concurrence saine et est positive pour les clients.»

L’an prochain, les primes du groupe Helsana pour l’assurance de base devraient augmenter en moyenne de 3,7%. C’est en tout cas le chiffre que le premier assureur maladie de Suisse a communiqué en juillet à l’autorité de surveillance. Impossible toutefois de connaître la hausse selon le canton. Mais l’assureur prévient qu’il y aura une forte variabilité en fonction de la région et de la compagnie d’assurances. Les complémentaires, elles, resteront stables.

Publicité