Dans la nuit de lundi à mardi, le vent a encore secoué le Tessin. Sur les hauteurs du Lac Majeur, où le feu ravage les forêts du Monte Gambarogno, les rafales ont atteint 90 km/heures. En raison de l’obscurité et des basses températures, les opérations de secours ont dû s’arrêter avant de reprendre aux premières lueurs de l’aube pour tenter de maîtriser ce feu de forêt qui a déjà ravagé plus de six hectares.

Sur place, près d’une quarantaine de pompiers de la région sont mobilisés depuis dimanche matin, appuyés par une vingtaine de soldats. «Trois hélicoptères Super-Puma sont sur place, détaille au Temps Daniel Reist, porte-parole de l’armée. Deux déversent de l’eau et un est au sol, en réserve. C’est un engagement subsidiaire qui permet aux autorités civiles de faire appel à nous lorsqu’elles doivent faire face à une situation d’exception.»

Deux canadairs italiens en renfort

L’armée devrait rester mobilisée ces prochains jours: le fort vent empêche les secours de maîtriser l’incendie. Mardi après-midi, deux canadairs de la protection civile italienne (des Viking Air 415) faisaient également route sur le lieu de sinistre pour soutenir les soldats et pompiers suisses, annonçait le Corriere del Ticino.

Ces derniers sont capables de transporter et de rejeter près de 6000 litres d’eau. Une demande avait déjà été adressée au ministère de l’Intérieur italien pour que les Super Puma reçoivent l’autorisation de puiser de l’eau dans le Lac Delio, au-delà de la frontière suisse a détaillé Matteo Cocchi, le commandant de la police cantonale Matteo qui s’est réjoui de cette «collaboration transfrontalière».

Les causes du départ de ce feu restent pour l’heure inconnues, mais une enquête est en cours. Une chose est sûre: les conditions météorologiques sont défavorables. La sécheresse est habituelle au sud des Alpes en hiver. «Contrairement à ce que beaucoup pensent, le Tessin n’a pas de climat méditerranéen, explique Dean Gill, prévisionniste chez MétéoSuisse. Les sécheresses sont principalement hivernales alors que l’été connaît beaucoup de pluie en raison de forts orages alors que la caractéristique principale du climat méditerranéen est la présence d’une forte sécheresse estivale.» Ces derniers jours les Alpes ont fait barrière aux nuages et les précipitations sont principalement tombées sur le versant nord de ces dernières.

Un autre facteur déterminant reste la puissance de ce vent chaud. Ce «fœhn du nord» devrait atteindre un pic demain avant de connaître une accalmie dans les prochains jours et ainsi permettre aux pompiers de maîtriser l’incendie. Pour des raisons de sécurité le passage douanier d’Indemini a dû être fermé tout comme la route cantonale traversant la forêt et plus de 45 personnes ont été évacuées.