Vaud

Des candidats aux élections fédérales affichent leur haut potentiel

Dans une démarche commune et inédite, la PDC Chantal Donzé et l’UDC Raoul Sanchez avancent leur QI élevé comme un bon argument de campagne

Ils ne sont pas du même bord et ils ne se connaissaient pas. C’est au sein de Mensa qu’ils se sont rencontrés, cette société qui rassemble partout dans le monde les personnes à quotient intellectuel élevé. Aujourd’hui qu’ils briguent tous deux un siège au Conseil national, pour les élections fédérales du 20 octobre, ils n’hésitent plus à se présenter comme «candidats à haut potentiel».

Chantal Donzé, 48 ans, qui enseigne l’économie et le droit au Gymnase d’Yverdon-les-Bains, figure sur la liste du PDC Vaud. En 2015, cette Biennoise d’origine s’était présentée aux élections dans le canton de Berne, avec des arguments plus classiques. Elle s’était beaucoup impliquée dans sa ville pour la mise en œuvre de la filière bilingue jusqu’à la fin du secondaire. Aujourd’hui, elle estime qu’il n’y a aucune raison de taire son appartenance aux 2% de la population pouvant revendiquer un QI supérieur à 131 sur l’échelle de Wechsler.