Après un premier épisode caniculaire à la mi-juin, le mercure devrait à nouveau s’emballer la semaine prochaine. Bien qu’annonçant un léger répit pour ce week-end, MétéoSuisse prévoit des températures avoisinant les 34 degrés de lundi à vendredi prochain. L’Arc lémanique sera particulièrement touché.

Lire aussi: Coup de chaud sur la Suisse: ce qu’il faut savoir, en cinq points

Mercredi, le Valais était le premier à rappeler les bons gestes. Le service du médecin cantonal a insisté sur la nécessité de se protéger de la chaleur, de s’hydrater suffisamment (sans attendre d’avoir soif), de manger léger et de porter une attention particulière aux personnes vulnérables. Vaud a suivi le lendemain en recommandant à l’ensemble de la population de prendre ces mêmes précautions d’usage.

Deux alertes canicules en un seul été?

Pour l’heure, il ne s’agit que de mises en garde. Pour que le plan canicule soit activé, il faut que la température moyenne (nuits comprises) soit égale ou supérieure à 27 degrés durant trois jours consécutifs, ou alors égale ou supérieure à 25 degrés sur une période de cinq jours. L’alerte devrait donc probablement se déclencher en début de semaine prochaine dans les cantons romands qui l’ont à disposition – Vaud, Valais, Fribourg, Genève et Jura.

Lire également: La Suisse a connu son deuxième mois de juin le plus chaud depuis 1864

«Dans ce cas-là, si la tendance se confirme, les communes seront alors invitées à mettre en place un système de visites à domicile des personnes âgées de plus de 75 ans», explique le DSAS (département vaudois de la santé et de l’action sociale). Ce serait alors la cinquième fois que l’alerte canicule est sonnée depuis 2009, dont la deuxième fois rien que pour l’été 2022. En juin, le déclenchement du plan canicule avait battu son record de précocité, les dernières occurrences étant toutes survenues entre les mois de juillet et août.

Neuchâtel inquiète pour ses forêts

A Genève, où les autorités sanitaires sont pour le moment restées muettes, l’Imad (institution genevoise de maintien à domicile) a pris les devants et se dit prête à réaffronter les grosses chaleurs. Plus de 2500 personnes ont été identifiées comme étant à «haut risque» et seront suivies «de très près» ces prochains jours. Lors de la première vague caniculaire du 17 au 21 juin, l’institution genevoise affirme avoir réalisé près de 7000 appels et rendu 150 visites à domicile supplémentaires suite à ces consultations téléphoniques.

A Neuchâtel, canton sylvestre où le plan canicule n’existe pas, les mises en garde concernent surtout les risques d’incendie en forêt. Jeudi, le canton qualifiait le danger de «marqué», soit de 3 sur une échelle de 1 à 5. «Mais si cette situation météorologique devait perdurer, il est probable que le niveau de danger augmente au degré 4 prochainement, ce qui nécessiterait de prendre une mesure d’interdiction de faire du feu.» Pour l’heure, la population est simplement appelée à faire preuve d’une grande vigilance lors de ses grillades.

Les autorités neuchâteloises avaient raison de s'inquiéter: jeudi soir, quelques heures après leur mise en garde, 2800 mètres carrés de forêt ont été détruits par les flammes à Chaumont, sur les hauteurs de Neuchâtel. Les pompiers ont rapidement maitrisé l'incendie (dont la cause reste encore à déterminer), mais pas sûr que la canicule leur laissera le temps de se reposer ces prochains jours.

Lire encore: Les précautions à prendre pour vivre au mieux les fortes chaleurs