Trafic ferroviaire

Canicule: la dilatation des rails engendre des retards

Des lignes de train ont été interrompues cette semaine suite à la montée des températures

Le trafic ferroviaire est lui aussi impacté par la canicule. La montée des températures ces derniers jours provoque la déformation des voies de chemin de fer. Constituées majoritairement d’acier, un métal sensible au changement de température, ces dernières commencent alors à se courber et peuvent ainsi perturber la poursuite des liaisons.

Plus de 10 000 trains circulent chaque jour sur les voies ferrées de Suisse, qui s’étendent sur 3000 kilomètres de long. La dilatation des rails n’a lieu qu’au cours des «périodes de canicule prolongées, précise Frédéric Revaz, porte-parole des Chemins de fer fédéraux suisses. Les lignes ferroviaires sont construites de façon à supporter les pics de température. Mais ce phénomène est très rare.»

Lire aussi: L'Europe sous la canicule

Deux premières perturbations

Chaque année, les CFF enregistrent entre trois et sept déformations de voies sur la totalité du réseau. Cette année, deux d’entre elles ont eu lieu ce jeudi 27 juin. «Ce sont les premières», affirme Frédéric Revaz. Sous l’effet de la canicule, la température des rails peut monter jusqu’à 80 degrés. «Les voies ferrées sont conçues pour supporter des changements extrêmes de température, à la hausse ou à la baisse», détaille-t-il.

Si la déformation est légère, les trains circulent alors en marche à vue, soit à une vitesse réduite. Si le niveau de déformation est trop important, les trains se déportent sur la voie voisine le temps que des réparations soient effectuées, comme cela a été le cas à Russin, entre Genève et La Plaine. «Cela a aussi été le cas à Berne Wankdorf, une artère très fréquentée qui possède quatre voies, ajoute Frédéric Revaz. Les trains se sont donc partagé les trois voies restantes.»

Dans les deux cas, les conséquences sont les mêmes pour les voyageurs: la suppression de liaisons et le retard des trains en circulation. Les effets de la veille se faisaient encore ressentir ce vendredi matin. Plusieurs trains ont été supprimés entre Berne et Olten, ainsi qu’entre Berne et Bienne. Si les températures se maintiennent, d’autres perturbations sont donc à prévoir. «Généralement, le personnel sur le terrain repère rapidement les éventuelles déformations de voies ferrées, avant même qu’elles aient un impact sur l’activité ferroviaire», tempère le porte-parole des CFF.

Matériel roulant à rude épreuve

Tout métal se dilate avec la chaleur et se contracte avec le froid. Etant donné que les rails sont collés les uns aux autres, s’ils se dilatent, ils s’allongent et les voies ferrées se déforment. «Ces forces qui s’opposent sont absorbées par le ballast – lit de pierre disposé sur les voies – et les traverses qui maintiennent les rails en place», assure le porte-parole des CFF.

La première vague de chaleur qui traverse la Suisse met l’ensemble du matériel roulant à rude épreuve. «Les rails ne sont pas les seuls à être impactés par ces températures. L’ensemble des installations, les locomotives et les moteurs sont davantage sollicités», souligne-t-il. Les climatiseurs, présents dans la majorité des trains des CFF, sont également perturbés et pointés du doigt par des voyageurs sur les réseaux sociaux.

«Ils sont toujours réglés à cinq degrés de moins que la température extérieure et limités à 30 degrés, détaille le porte-parole. Il y a malheureusement des pannes. On en note 13 par jour.» Pour éviter la déshydratation de ses usagers, la compagnie ferroviaire a décidé de distribuer des bouteilles d’eau dans les gares de Suisse romande. Une opération qui a commencé ce vendredi 28 juin après-midi.

Publicité