Le droit de vote devrait être abaissé à 16 ans dans le canton de Berne. C’est en tout cas la volonté du Grand Conseil, qui avait adopté en mars 2020 une motion des Vert∙e∙s demandant au gouvernement de modifier la Constitution cantonale. Le Conseil exécutif a rapidement réagi, et «accomplit ainsi un mandat du parlement», a-t-il indiqué dans un communiqué lundi, même s’il réitère son opposition à cette évolution.

Sur ce thème: 

Le projet soumis aux députés par le gouvernement devrait être examiné à l’automne. Il prévoit une adaptation du cadre juridique pour que les jeunes puissent voter à partir de 16 ans à l’échelon cantonal. «Ils ne devraient cependant pouvoir être élus à une fonction politique qu’à partir de 18 ans», précise le communiqué. C’est précisément ce point qui dérange le Conseil exécutif, qui «juge problématique l’absence de concordance entre l’âge de la majorité civique et celui de la majorité politique».

Le canton de Glaris reste l’exception, pour l’instant

Le gouvernement rappelle aussi que le droit de vote à 16 ans avait été rejeté «très nettement» (75% des voix) par la population bernoise en 2009. Plus récemment, en février 2020, à Neuchâtel, les électrices et électeurs avaient également refusé d’abaisser la majorité civique par 58,5% des votants. Des projets similaires sont toutefois encore en discussion dans plusieurs cantons, dont Vaud, Genève, le Valais, Berne et Zurich. Pour l’heure, le seul canton de Suisse à avoir effectivement abaissé l’âge du droit de vote est celui de Glaris, en 2007.

Mais les choses pourraient évoluer au niveau fédéral. Le Conseil national s’est en effet prononcé en faveur d’une initiative parlementaire en ce sens de Sibel Arslan (Vert∙e∙s/BS) en septembre dernier. Une recommandation également suivie par la Commission des institutions politiques du Conseil des Etats en février. Un projet de loi devrait donc prochainement être élaboré.

Lire aussi: Glaris: les leçons du droit de vote à 16 ans