Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le conseiller d’Etat Luc Barthassat (au centre) l’assure: «Je m’opposerai toujours à l’imposition d’une nouvelle taxe.»
© SALVATORE DI NOLFI/KEYSTONE

Déchêts 

Le canton de Genève devrait encore échapper à la taxe au sac

Instaurées depuis septembre 2016, les petites poubelles vertes semblent avoir convaincu les usagers. Il reste néanmoins des efforts à faire pour atteindre le taux de recyclage de 50% fixé par la Confédération

«Il n’est pas question de mettre en place une taxe poubelle.» C’est ce qu’a affirmé Luc Barthassat mardi matin alors qu’il dressait le bilan du tri des déchets à Genève. Si l’on en croit le conseiller d’Etat, le canton devrait continuer à faire figure d’exception absolue en Suisse, en refusant d’instaurer le système du pollueur payeur pour ses habitants. En effet, tous les cantons du pays appliquent aujourd’hui une taxe sur les sacs-poubelles de manière à atteindre le taux de recyclage de 50% imposé par la Confédération.

Dans le canton de Genève, le Département de l’environnement a opté pour une solution bien différente en misant sur le tri des déchets organiques. Lancée en septembre 2016, «la petite poubelle verte» qui permet la récolte des déchets de cuisine a permis d’atteindre un taux de recyclage de 48,6% avec une progression de 30% des déchets de cuisine en trois ans. Une tendance qui devrait atteindre les 50% espérés dans le courant de cette année de manière à s’aligner sur la moyenne nationale.

Lire aussi: Pour les Genevois, la poubelle de la dernière chance avant la taxe

Plus de gratuité pour les entreprises

Si les usagers semblent avoir pris le pli du tri, il reste encore du travail pour être certain d’échapper à la taxe au sac. En ce sens, la direction de l’environnement a d’ores et déjà mis en place un plan d’action pour la fin de l’année. Il s’agit notamment, pour les magistrats communaux, de mettre fin à la gratuité de la levée des déchets d’entreprises. Trente communes l’ont déjà supprimée. Il s’agit également d’approfondir le tri des déchets urbains et notamment du papier, des cartons et du verre qui pourraient représenter jusqu’à 1% de la récolte de déchets. Les services de l’environnement ont aussi mis l’accent sur l’importance du tri des poubelles de rue, qui représenteraient non loin de 5000 tonnes de déchets en Ville de Genève. Il faudra aussi impliquer toutes les communes du canton dans cette opération grâce à des mesures de sensibilisation et d’accompagnement. Pour l’heure, dix communes ne participent pas à l’opération de la petite poubelle verte.

La question de la taxe au sac devrait être abordée lors des débats parlementaires sur la révision de la loi sur la gestion des déchets, qui date de 1999. En cours de rédaction, cette nouvelle version sera déposée fin 2018. Le Département de l’environnement, des transports et de l’agriculture prépare un nouveau plan de gestion, déjà en discussion pour les cinq années à venir.

Une application mobile désormais disponible

Pour ceux qui ne sauraient pas où déposer leurs déchets, les autorités ont mis en place une application mobile. Elle permet, via un système de géolocalisation, d’avoir accès aux espaces de récupération des déchets en fonction de l’endroit où l’on se trouve. L’application donne également des informations plus détaillées sur les différents types de déchets et sur la manière dont ils doivent être triés.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a