comptes

Le canton de Genève retrouve les chiffres noirs

Genève a dégagé un excédent de 61 millions de francs l’année passée. Cependant, le gouvernement s’inquiète d’une baisse du résultat de l’impôt sur les personnes physiques. Dans le canton de Vaud, le Conseil d’Etat présente des comptes bénéficiaires pour la 12e année consécutive, mais la dette augmente

Les comptes 2016 de l’Etat de Genève affichent un excédent de 61 millions de francs après un exercice 2015 déficitaire, sur des charges d’un peu plus de 8 milliards de francs. Ce résultat présenté jeudi est satisfaisant pour le Conseil d’Etat qui relève «un contexte délicat».

Dans la colonne des points positifs, Serge Dal Busco, le conseiller d’Etat en charge des finances, souligne des impôts supérieurs au budget 2016 et aux comptes 2015, des investissements entièrement autofinancés et une nouvelle diminution de la dette. Il mentionne aussi les effets des mesures d’économies qui se chiffrent à 300 millions.

Baisse des contributions des contribuables

«La gestion rigoureuse des dépenses par le Conseil d’Etat a permis de contrer l’effet d’une progression des revenus globalement modeste, freinée par une contraction de l’impôt des personnes physiques», indique l’exécutif. Cette baisse de 4,1% inquiète l’exécutif.

Autres sources d’inquiétude: la conjoncture économique peu dynamique, la précarisation accrue de la population et la dégradation de la situation de la caisse de retraite. Serge Dal Busco a d’ailleurs annoncé une nouvelle provision de 36 millions par rapport au risque de ne pas atteindre un taux de couverture de 60% en 2020, un palier imposé par la loi.

Genève passe ainsi dans les chiffres noirs après un exercice 2015 légèrement déficitaire. A noter toutefois que les comparaisons sont difficiles car le canton a fonctionné en 2016 selon le principe des douzièmes provisoires. En effet, le Grand Conseil avait refusé d’entrer en matière sur un budget 2016 qui affichait un déficit de 70 millions.

Lire aussi: Genève a en main les clés de sa renaissance


 

Vaud: 12e année de soldes positifs, dette en hausse

Dans le canton de Vaud, c’est «business as usual». Pascal Broulis, conseiller d’Etat en charge des Finances, a présenté des comptes positifs pour la douzième année consécutive. L’année 2016 s’est soldée par un excédent de revenus de 186 millions de francs.

Les charges brutes pour 2016 atteignent 9640 millions. Un montant dans la même veine qu’en 2015 (9652 millions) et qui permet à Pascal Broulis, de souligner jeudi «la maîtrise des charges». La somme comprend des écritures de bouclement et de préfinancement pour 239 millions, dont 39 millions pour des musées. Ainsi que des amortissements d’investissements au CHUV qui n’étaient pas planifiés (215 millions).

Des revenus stables

Du côté des revenus, ils sont relativement stables à 9825 millions contre 9847 en 2015. Les impôts «qui représentent deux tiers des rentrées» sont eux en légère augmentation (+2%). Mais le grand argentier est prudent: «2%, c’est moins important que le nombre de personnes installées dans le canton et que la croissance démographique.»

S’agissant du point sensible de la dette, qui remonte pour la troisième année d’affilée alors qu’elle avait auparavant baissé pendant neuf ans, Pascal Broulis l’explique par divers facteurs. Le versement d’une tranche de recapitalisation de la caisse de pension à hauteur de 180 millions mais également de nombreux investissements. Et d’annoncer un «trend haussier».

A ce sujet: Des menaces planent sur le confort financier vaudois

Publicité