Chez les Vaudois, ce sont les communes lacustres qui gèrent l’attribution des places d’amarrage, et non le canton. C’est le point de différence avec Genève, qui vient de présenter un nouveau modèle de gestion de ces sésames très convoités. Si la situation vaudoise est présentée en exemple par Antonio Hodgers, conseiller d’Etat genevois, la réalité du terrain réserve des surprises.