Transports

Le canton de Vaud se fâche contre les CFF

Nuria Gorrite dénonce avec virulence la rupture de correspondance prévue à l’horaire 2018 entre la ligne du Simplon et la ligne Lausanne-Berne

La conseillère d’Etat vaudoise Nuria Gorrite sollicite une rencontre urgente avec la direction des CFF pour discuter du futur horaire qui entrera en vigueur en décembre prochain. Elle veut que les CFF renoncent à une rupture de correspondance «inadmissible» en gare de Lausanne.

En prolongeant de 6 minutes le temps de parcours de certains trains entre Lausanne et Berne, le nouvel horaire provoque une rupture de correspondance une fois sur deux avec la ligne du Simplon. Depuis Montreux ou Aigle, il ne sera plus possible de profiter de liaisons rapides chaque demi-heure pour Fribourg et Berne.

Changement de ton

Les CFF refusant jusqu’ici de prendre en compte la demande vaudoise, le canton hausse le ton. «Si elle devait être maintenue, une telle décision déboucherait sur un affaiblissement de la cohésion nationale ferroviaire», argumente Nuria Gorrite. Ce serait un retour à la situation qui existait avant l’introduction de Rail 2000, en décembre 2004.

«Depuis des années, les Vaudoises et les Vaudois soutiennent massivement le développement ferroviaire du canton. Ils s’enthousiasment pour les grands projets comme Léman 2030 qui vont permettre d’augmenter le nombre de relations entre le canton et l’ensemble de la Suisse. Alors que ces travaux provoquent d’inévitables perturbations, les CFF les récompensent en provoquant une rupture majeure des correspondances», s’indigne la ministre socialiste des Transports. (ATS/LT)

Publicité