Les cantons qui abritent des centrales nucléaires devraient recevoir un dédommagement financier, selon le conseiller d'Etat argovien Peter Beyeler, chargé de l'énergie. Il plaide, dans une interview à la NZZ am Sonntag, pour un prélèvement fédéral d'un demi-centime par kilowattheure d'électricité.

Le politicien radical prend l'exemple de la force hydraulique produite dans les cantons de montagne. Finalement, les cantons accueillant des centrales atomiques mettent aussi à disposition leur paysage pour la production de courant, comme ceux qui abritent des installations hydroélectriques.

Selon le conseiller d'Etat, le black-out du 4 novembre dernier montre l'importance d'une production d'électricité proche de ses consommateurs. Il y a dix jours, la coupure de deux lignes à haute tension en Allemagne a plongé plusieurs pays limitrophes, et dix millions de consommateurs, dans le noir.

Centrales au gaz trop polluantes

A l'avenir également, le nucléaire continuera d'être une source importante d'électricité, estime M. Beyeler. Promouvoir l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables ne suffira pas. La question n'est pas de poursuivre dans la voie du nucléaire ou non, mais de trouver des solutions pour améliorer le bilan en termes de gaz carbonique. Il faut ainsi explorer les nouvelles technologies permettant une diminution des besoins en énergie fossile, par exemple en encourageant la construction de maisons Minergie, qui permettent d'économiser de 70% à 90% d'énergie pour le même confort.

Argovie, champion du nucléaire suisse

Dans la même idée, pas question de construire de nouvelles centrales au gaz: pour Peter Beyeler, le bilan en CO2 de telles installations en fait une mauvaise alternative à long terme. Une centrale de 400 mégawatts produit 1,3 million de tonnes de gaz carbonique chaque année. Il est néanmoins trop tôt pour aborder la question de la localisation d'une nouvelle centrale atomique, ajoute Peter Beyeler. L'Argovie soutient certes le nucléaire, mais c'est aux groupes énergétiques comme Axpo, Atel/EOS ou FMB de dire en premier si une centrale doit être construite dans ce canton.

Peter Beyeler rappelle pourtant que l'Argovie a toujours assumé une large part des besoins suisses en matière d'énergie. Le canton est à la pointe de la production de courant nucléaire. Il accueille trois des cinq centrales du pays. Un quart du courant électrique suisse est produit en Argovie.