Les actionnaires de la Compagnie générale de navigation sur le Léman (CGN) ont avalisé mercredi point par point, à une large majorité, le plan d’assainissement de la compagnie. Ils ont accepté que les trois cantons lémaniques, Vaud, Genève et le Valais, prennent la majorité du capital-actions.

Les trois cantons ne détenaient jusqu’ici moins de 5% des actions, alors qu’ils consacrent depuis des années des moyens importants à subventionner la compagnie et à éponger ses déficits. Ils totalisent désormais 57% des actions: 37% pour Vaud, 15% pour Genève, 4% pour le Valais et 1% pour la Confédération.

Une holding chapeautera désormais la CGN, qui se subdivise en deux sociétés distinctes: CGN SA, dédiée à l’exploitation, et CGN Belle-Epoque, une société anonyme sans but lucratif, vouée à la conservation et au maintien des huit bateaux à vapeur classés de sa flotte. Celle-ci constitue de loin la plus grande flotte Belle Epoque des lacs suisses et a fait l’objet dans sa totalité d’un classement à l’inventaire du patrimoine de l’Etat de Vaud.

Ces décisions «permettent à la nouvelle société de démarrer sur des bases financières solides», a dit Kurt Oesch, président du conseil d’administration, cité par l’ATS.

Jusqu’ici principal actionnaire, l’association des Amis des bateaux à vapeur du Léman (ABVL) voit ses parts fondre de 49,1% à 22,3%. Par un amendement, celle-ci souhaitait bénéficier d’une minorité de blocage. Cet amendement a toutefois été retiré, pour ne pas mettre en péril une restructuration dont le dispositif était, pour les cantons, à prendre ou à laisser. Il en est allé de même d’un autre amendement présenté par le syndicat SEV visant à ce qu’un représentant du personnel siège au conseil d’administration. Ces deux amendements ont été remplacés par deux résolutions, massivement votées par les actionnaires.

En votant le plan d’assainissement, les actionnaires ont accepté de réduire drastiquement la valeur de leurs actions, qui passent d’une valeur nominale de 100 francs à 25 francs. De leur côté, les cantons ont abandonné pour près de 30 millions de créances et injecté 10,8 millions dans la recapitalisation de la société, qui dispose désormais d’un capital-actions de 19,8 millions de francs. Cette approbation libère environ 26 millions de francs pour la rénovation du bateau à vapeur «Vevey», pour le «Ville-de-Genève» et pour des travaux au chantier naval d’Ouchy.