Alors que le certificat covid doit être mis à disposition progressivement à partir du 7 juin prochain pour être pleinement opérationnel au plus tard au début de l’été, la forme que le sésame doit prendre était encore floue. Dans un article paru mercredi, la Neue Zürcher Zeitung (NZZ), qui a eu accès à un document transmis aux cantons, donne plus de détails.

Lire aussi: Certificat covid: trois couleurs mais encore de vastes zones floues

Selon les informations du titre alémanique, l'émission du certificat doit se faire par la présentation d’une confirmation d’un centre de vaccination, d’un test négatif ou par une vérification des antécédents médicaux pour les personnes qui ont été malade du covid auprès d’un émetteur agréé dans le canton de résidence du demandeur. C’est aux cantons que doit revenir la tâche d’identifier ces émetteurs, qui pourront être des spécialistes des centres de vaccination et de test, des hôpitaux, des cabinets médicaux ou des pharmacies.

Comme annoncé, le certificat se présentera bien sous la forme d’un QR code muni d’un sceau électronique du gouvernement fédéral pour permettre d’en vérifier l’authenticité et la validité. Ce QR code, généré par le système de l’Office fédéral de l’informatique et des télécommunications, pourra être imprimé ou utilisé sous forme électronique.

Des cantons sceptiques

D’après la NZZ, les cantons ont jusqu’à la fin de la semaine pour se prononcer sur ce dispositif, le Conseil fédéral souhaitant adopter l’ordonnance le 4 juin pour respecter le calendrier annoncé. Une phase de test devrait avoir lieu ensuite du 7 au 13 juin. Si l’ensemble du processus doit être gratuit pour le demandeur, la question du coût est un point d’interrogation pour les cantons, rapporte le quotidien alémanique.

Ces derniers pointent les coûts que générerait l’emploi de personnes uniquement dédiées à l’octroi des certificats. Ils craignent également une facturation des médecins et des pharmaciens pour le travail supplémentaire généré par la délivrance de certificat. Les professionnels de la santé se sont déjà plaints d’une rémunération trop faible pour la vaccination.

Lire également: Voici où le certificat covid suisse sera obligatoire

L’autre point qui coince concerne la possibilité technique de délivrer des certificats dès début juillet pour les personnes testées négativement. Ce qui risque de poser problème pour l’organisation de grands événements durant la période estivale. D’autant que la solution proposée par PharmaSuisse et la Fédération des médecins suisses a été écartée au seul profit du système fédéral. «[Nous demeurons] disposées à apporter notre soutien à la Confédération. Mais pour la solution choisie, il est clair que cette dernière en porte seule la responsabilité», ont déclaré les deux organisations faîtières dans un communiqué publié le 22 mai. Alors qu’environ 17% de la population est déjà complètement vaccinée, les demandes de certificat risquent de créer un embouteillage.