«Je suis heureuse pour les Romands. Cela garantit la place du français en primaire.» La conseillère d'Etat zurichoise Regine Aeppli avait organisé dimanche une rencontre pour les médias liée à la votation schaffhousoise.

L'intérêt est grand: son canton se prononcera certainement sur une initiative similaire en 2007. «Je n'osais espérer une telle issue mais cela confirme que la stratégie de la CDIP est la bonne.»

La cheffe socialiste de l'instruction publique espère des retombées positives auprès des citoyens zurichois. Qu'ils se laissent convaincre par le vote des voisins du nord. «A Zurich, nous testons depuis l'automne le système 3/5 et les enseignants peuvent en considérer les effets positifs.» Et de continuer: «Il ne faut pas oublier qu'avec la nouvelle Constitution Berne pourrait intervenir si nécessaire pour harmoniser l'enseignement. Et cela n'irait pas forcément dans le sens voulu par les cantons.» En d'autres termes, le français pourrait être imposé comme seule langue étrangère.

Un même soulagement se retrouve chez son homologue vaudoise, interrogée par l'ATS. Anne-Catherine Lyon est reconnaissante aux Schaffhousois «d'avoir réaffirmé l'importance du lien confédéral».

De son côté, la CDIP applaudit et insiste sur les bienfaits d'un apprentissage des langues en bas âge. Elle rappelle cependant qu'il est nécessaire de «créer des conditions cadres adéquates». Notamment en matière de formation du corps enseignant.