Des montagnes tessinoises à la Cour pénale internationale? C'était un «rêve» que Carla Del Ponte, interviewée il y a quelques années parmi d'autres personnalités issues des pays d'Europe, avait confié au magazine américain Time, quand elle était encore à la tête du Ministère public de la Confédération. C'est désormais une hypothèse.

Carla Del Ponte, aujourd'hui procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et le Rwanda (TPI), pourrait exercer les mêmes fonctions auprès de la future Cour pénale internationale, à vocation cette fois universelle, bien que les Etats-Unis et de nombreux autres pays l'aient boudée jusqu'ici.

Sa candidature au poste d'accusateur de la future Cour pénale internationale est discutée à Berne, comme l'explique L'Hebdo paru jeudi. Le sujet a été évoqué parmi d'autres thèmes en lien avec la justice internationale, lors d'un entretien que la Tessinoise a eu avec Micheline Calmy-Rey, confirme Florence Hartmann, porte-parole de Carla Del Ponte, sans préciser toutefois les intentions de cette dernière quant à une éventuelle candidature. «Mme Del Ponte veut rester au TPI jusqu'à la fin du procès Milosevic.»

Pas encore de candidat

Aucun candidat n'a d'ailleurs été officiellement présenté, ni par la Suisse ni par aucun autre pays, malgré une prolongation du délai pour le dépôt des candidatures. Carla Del Ponte aurait déjà reçu des appels du pied de certains Etats. En septembre dernier, elle avait fait savoir à Joseph Deiss qu'elle pouvait être intéressée par un poste à la CPI.

Tout semble suspendu à la nomination, au début du mois de février, des juges de la Cour. Pour 18 postes, on ne dénombre pas moins de 43 candidats. La Suisse, elle, propose la Neuchâteloise Barbara Ott et ne veut courir qu'un lièvre à la fois. C'est à ce moment que la suite des opérations pour la désignation du procureur sera précisée. Les services de Micheline Calmy-Rey doivent évidemment réfléchir au coup suivant, que Barbara Ott soit nommée ou non. Cette dernière a pour handicap d'appartenir à un groupe de candidats européens qui compte de fortes pointures et où la concurrence ne peut être que très dure.