Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Urs Schwaller n'a pas pu s'exprimer sur CarPostal devant la commission du Conseil national. (Keystone)
© PETER SCHNEIDER

Bénéfices illicites

CarPostal: la police fédérale muselle Urs Schwaller

Le président du conseil d’administration de La Poste n’a pas eu le droit d’informer la commission du Conseil national, a appris «Le Temps». Il doit par ailleurs renoncer à l’un des experts qu’il avait mandatés

Nouveaux rebondissements dans l’affaire CarPostal. Lundi, le président du conseil d’administration de La Poste, Urs Schwaller, et la directrice générale, Susanne Ruoff, se sont présentés devant la Commission des transports et des télécommunications (CTT) du Conseil national pour l’évoquer. La discussion a tourné court. Selon nos informations, Urs Schwaller a reçu le matin même une injonction de fedpol: chargé de l’enquête pénale en cours, l’Office fédéral de la police a interdit au Fribourgeois de communiquer quoi que ce soit aux membres de la commission.

Une discussion politique qui n’a pas lieu

La CTT a ainsi été privée de la discussion politique qu’elle attendait avec impatience. Elle s’est vue contrainte d’attendre le résultat de l’enquête pénale et des investigations administratives en cours. Elle «souhaite que La Poste suisse fasse preuve d’une plus grande transparence à l’égard du parlement en ce qui concerne les chiffres d’affaires de sa filiale», a-t-elle communiqué mardi.

Ce n’est pas la seule déconvenue subie par Urs Schwaller dans ce dossier. Ce mardi aussi, l’ancien directeur du Contrôle fédéral des finances (CDF) Kurt Grüter a fait savoir qu’il renonçait à faire partie du comité d’experts indépendants chargé de superviser les investigations menées par le bureau d’avocats Kellerhals Carrard et l’expert-comptable EY pour le compte de La Poste.

La bonne personne, en apparence

C’est Urs Schwaller qui avait fait appel à lui. Le 8 mars, il avait annoncé la composition de ce trio de spécialistes. Comme ancien patron du CDF jusqu’en 2013, Kurt Grüter paraissait être la bonne personne pour cela. Mais plusieurs voix ainsi que le CDF ont craint un possible conflit d’intérêts, invoque Kurt Grüter. Les bénéfices illicites engrangés par CarPostal portent principalement sur les années 2007 à 2015, mais sans doute aussi sur la période 2016 et 2017. Dans une déclaration envoyée à l’ATS, Kurt Grüter assure que sa contribution au sein du groupe d’experts n’aurait pas remis la neutralité de celui-ci en question. «J’ai été et je reste convaincu que l’indépendance de l’enquête et de ses résultats aurait été assurée», écrit-il. La Poste recherche désormais un autre expert pour compléter le triumvirat.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo suisse

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

Le Conseil national a refusé de suivre l'avis du Conseil des Etats. Celui-ci voulait réduire de moitié la facture des nouveaux gilets de l'armée suisse. Il a été convaincu par les arguments du chef du DDPS, Guy Parmelin. La question reste donc en suspens.

Des gilets à 3000 francs pour l'armée suisse? Le débat divise le parlement

n/a