Alors que la vaccination contre la grippe A (H1N1) bat son plein pour les groupes à risques et le personnel soignant, certains cantons sont confrontés à une pénurie momentanée face à la demande. C’est notamment le cas à Bâle-Ville, selon son directeur de la santé Carlo Conti.

La Confédération a calculé le mode de distribution en se basant sur les données concernant la population établies par l’Office fédéral de la statistique, explique le conseiller d’Etat démocrate-chrétien dans un entretien paru mardi dans la «Basler Zeitung». Or ces chiffres ne tiennent pas compte de facteurs propres à certains cantons.

Par exemple à Bâle-Ville, contrairement à Bâle-Campagne, de nombreux médecins comptent parmi leurs patients des enfants et des femmes provenant d’autres cantons. Les hôpitaux bâlois prennent aussi en charge de nombreuses personnes issues d’autres cantons ou des employés qui ne résident pas à Bâle-Ville, explique Carlo Conti.

Le problème devrait se résoudre ces prochains jours, selon le directeur cantonal de la santé. Après une intervention du médecin cantonal Anne Witschi auprès de l’Office fédéral de la santé publique, Bâle-Ville se verra livrer un contingent de vaccins plus important.

Alors que des voix critiques parlent de «chaos» dans la vaccination contre la grippe A (H1N1), Carlo Conti refuse catégoriquement d’utiliser ce terme. Des améliorations sont toutefois possibles dans la logistique de la distribution, estime-t-il, s’opposant toutefois à l’idée d’une centralisation. Et de rappeler que les problèmes de livraison ne touchent pas que la Suisse.