Six cent cinquante mille francs pour la prochaine saison. C'est l'appréciable montant que le Casino de Saxon entend mettre cette prochaine saison pour sponsoriser l'équipe suisse de ski alpin. La Fédération suisse de ski (Swiss-Ski) et les dirigeants de l'établissement de jeux valaisan (actuellement le seul en fonction dans le canton) sont parvenus récemment à cet accord de parrainage. D'une manière visible, les combinaisons de l'élite des skieurs suisses porteront deux marques sur leurs épaules l'année prochaine, celle du Casino et celle de Swissair, sponsor principal depuis deux saisons.

Mais, au-delà de l'aspect sportif, il faut placer cette opération valaisanne dans le contexte des candidatures pour l'obtention des concessions A ou B. Le Casino de Saxon, propriété de la Compagnie européenne des casinos, frappe ici un grand coup de marketing, car il est doublement candidat pour un grand casino (concession A) ou petit casino (B). Et pour l'instant, selon les dispositions du département de Ruth Metzler, le Valais n'aurait droit qu'à un seul petit casino. Maigre quota, d'ailleurs contesté par ses autorités.

Le plus étonnant dans cette histoire est que ce sont le chef de la candidature olympique de Sion 2006, Jean-Daniel Mudry, nouveau directeur de Swiss-Ski, et son porte-parole Jean-Raphaël Fontannaz qui ont favorisé et négocié ce contrat de sponsoring avec l'établissement saxonnin. Certes le casino était déjà sponsor de Sion 2006. Mais aujourd'hui, dans le Valais romand, les deux candidatures les plus sérieuses en compétition pour l'obtention d'une concession sont Saxon (pour A ou B) et Sion (pour B).

De quoi faire réfléchir les Sédunois sur les enjeux d'hier. Ces derniers temps, les tenants d'une candidature sédunoise, soutenue par la Loterie romande, ont multiplié les signes envers la classe politique pour présenter leur candidature comme profitable à l'ensemble des communes des districts du Valais central, espérant ainsi obtenir un soutien du canton. Mais dans cette compétition à peine voilée, le Casino de Saxon, qui sponsorise déjà le FC Sion, a décidé d'élargir le cercle géographique de sa participation à la cause sportive, en donnant à sa candidature un impact national. Et pas n'importe lequel, puisqu'en Valais la cause du ski est presque sacrée.

Ces informations devancent un peu le calendrier des événements. Le président du conseil d'administration du casino, Eric Woirin, reconnaît la signature d'un contrat avec Swiss-Ski, mais ne veut pas en dire en plus. Une réunion est justement prévue vendredi avec la direction de la fédération pour régler les détails et arrêter une stratégie de communication.

Un peu tard peut-être, puisque le contrat a déjà été signé depuis un mois. Ce qui gêne d'ailleurs un peu son porte-parole Jean-Raphaël Fontannaz qui se borne à déclarer: «Le fruit n'est pas encore tout à fait mûr pour qu'on en parle.»

Reste à savoir maintenant si les couleurs du casino valaisan porteront chance aux skieurs suisses – et inversement – durant une saison qui va débuter à la fin octobre pour se terminer à la mi-mars avec en point de mire les championnats du monde de Sankt-Anton. Les demandes de concession A pour les casinos devront, elles, être rentrées pour fin septembre. C'est à ce moment que la course au casino entrera dans le schuss final.