La saison des déclarations d’impôts arrive. Dans certains cantons, elles doivent déjà être remplies d’ici à la fin du mois de février. Or, la pandémie bouleverse les habitudes. Notamment celles des pendulaires, qui ont dû rester chez eux et se demandent s’ils peuvent déduire leurs frais de déplacement, de repas et de télétravail. C’est aussi un casse-tête pour les autorités fiscales.

Lire aussi: Youssef Wahid: «Nous devons être pragmatiques»