Votation sur les armes

Le cauchemar d’une Suisse sans Schengen

Le scénario d’un non à la mise en œuvre de la directive européenne sur les armes inquiète beaucoup les milieux économiques tout comme ceux de la sécurité

La Suisse devra-t-elle quitter l’espace Schengen si le peuple rejette la mise en œuvre de la directive européenne sur les armes? Tel est l’un des enjeux principaux de la votation du 19 mai prochain. Les milieux de la sécurité sont presque unanimes à ce sujet: ils craignent ce «scénario catastrophe». En revanche, les référendaires relativisent le problème: «Le lobby pro-européen profère cette menace pour faire peur au peuple suisse», dénonce Jean-Luc Addor, le président ad interim de Pro Tell.

Lire aussi: Karin Keller-Sutter: «La loi sur les armes, c’est le prix à payer pour rester dans l’espace Schengen»