Il est une espèce rare qui se nourrit essentiellement de jurisprudence. Célian Hirsch, avocat, assistant-doctorant à la Faculté de droit de l’Université de Genève et surtout cofondateur du site LawInside.ch, avoue une passion pour les arrêts du Tribunal fédéral qu’il consomme sans modération et résume gratuitement à l’intention de tous les mordus. Cette plateforme, doublée d’une newsletter hebdomadaire, s’est forgé une solide réputation. De quoi susciter un brin de fierté chez ce jeune homme de 28 ans: «Parfois, quand je croise un professeur dans les couloirs, il me dit: «Je vous ai lu.» C’est une belle reconnaissance.»

Tout porte à croire que les bonnes fées juridiques se sont penchées sur son berceau. Avec un grand-père professeur de droit commercial et un père avocat, Célian Hirsch baigne très tôt dans une atmosphère de plaisir studieux. La tentation de se diriger vers des études d’économie, ou de mathématiques, sera brève. Il va s’inscrire dans la tradition familiale et suivre le conseil avisé de son oncle, l’avocat et conseiller national Christian Lüscher. «Il m’a dit que l’allemand, c’était primordial.» Ce sera donc la Faculté de droit de Fribourg pour le bachelor et celle de Zurich pour le master en business law.

Tradition ferroviaire

La voie est toute tracée et l’intérêt ne fait que croître. En famille, on organise une fois par année un tour de Suisse en train pour discuter de thèmes juridiques sélectionnés par avance, tout en profitant du paysage. Des cousines, atteintes par le même virus, participent au voyage. Cet enthousiasme, il le partage aussi avec deux compagnons d’études. L’un a déjà pour habitude de résumer des arrêts pour lui-même, l’autre est aussi un crack de l’informatique. C’est avec eux qu’il lance, en mars 2015, LawInside.

Le but du site, qui propose des résumés des arrêts principaux du Tribunal fédéral, agrémentés parfois d’un commentaire sur une question restée ouverte, est de permettre aux personnes actives dans le domaine juridique de consulter rapidement les nouveaux développements jurisprudentiels. En Suisse alémanique, une plateforme, conçue par l’associé d’une grande étude zurichoise, existe déjà. Mais rien de ce côté-ci de la Sarine. «On était des amateurs et on s’est lancés sans trop se poser de questions et sans imaginer le succès potentiel», se rappelle Célian Hirsch.

La «Fribourg Connection»

Aujourd’hui, le trio des débuts a rallié des adeptes et tous savourent jusqu’au style de rédaction des arrêts. Ils sont dix, et bientôt onze, à faire partie de l’équipe de ce site internet. Tous issus de la «Fribourg Connection». Des amis qui se sont connus sur les bancs de l’université et qui continuent à partager leur goût du droit. Certains «anciens», qui se sont envolés vers des cabinets d’avocats lointains, parrainent désormais des étudiantes qui reprennent le flambeau. Sur leur groupe WhatsApp, ils discutent des derniers arrêts rendus par Mon-Repos (de préférence ceux destinés à publication) et se répartissent le travail.

LawInside s’aventure parfois au-delà des frontières. A Strasbourg notamment, pour saisir la sagesse de la Cour européenne des droits de l’homme. A Londres aussi, où l’un de ses fondateurs, installé un temps au bord de la Tamise comme avocat, ne résiste pas à résumer l’arrêt de la Cour suprême qui juge illégale la suspension du parlement par le premier ministre Boris Johnson. Actuellement, leur newsletter compte bon nombre d’abonnés, parmi lesquels des juges fédéraux, des professeurs et beaucoup d’avocats. «C’est une grosse pression, il faut faire attention.»

Chaque rédacteur du site a ses dadas. Célian Hirsch, en sa qualité de doctorant au sein du Centre de droit bancaire et financier, aime assez logiquement se plonger dans la jurisprudence qui concerne les contrats. Sans négliger le reste. Sa dernière contribution? L’arrêt déclarant illicite la preuve recueillie contre un automobiliste à l’aide d’une recherche automatisée de véhicules et de surveillance du trafic.

Sans regret

La licéité des preuves est un sujet qui lui tient particulièrement à cœur. Durant son stage, chez CMS von Erlach Poncet à Genève, il se frotte avec intérêt à une affaire de surveillance impliquant des détectives privés. Mais au moment de choisir la voie de son doctorat, il fait une infidélité à ce premier amour. A la question de savoir si les observations illicites sont exploitables, il préfère finalement une thèse sur «le devoir d’information lors d’une fuite de données», sous la direction du professeur Luc Thévenoz. Sans regret aucun. «Je suis vraiment heureux ici.»

Inscrit au barreau pour assister un ami impliqué dans un accident (il a déjà débusqué des problèmes de signalisation liés aux vélos électriques), membre de la Commission de formation permanente de l’Ordre des avocats, cet hyperactif envisage de lancer un autre site spécialisé dans les questions de protection des données. La doctrine, c’est vraiment son truc. La politique, moins. Même s’il a su convaincre les benjamins du PLR (encore l’ADN familial) de se distinguer du parti en s’opposant à la surveillance des assurés par des enquêteurs privés. Il s’est aussi réjoui récemment d’apprendre que la Cour constitutionnelle cantonale retoquait la loi interdisant le port de signes religieux dans les parlements. Une jeune pousse qui ne renoncera pas de sitôt à défendre la liberté.


Profil

1991 Naissance à Genève.

2010 Entrée à la Faculté de droit de l’Université de Fribourg.

2015 Création de LawInside avec deux compères.

2018 Obtention du brevet d’avocat.