Celui qui est déjà réélu et ceux qui le seront tacitement

La pause estivale arrivant à son terme, les candidats aux élections fédérales entament leur campagne et partent à la récolte des suffrages. Certains, toutefois, vont vivre un automne tranquille. Parce qu’ils sont déjà élus, parce qu’ils le seront tacitement ou parce que la rivalité s’annonce si insignifiante qu’ils n’ont aucun souci à se faire.

Le mieux loti de tous est le sénateur appenzellois Ivo Bischofberger. Deuxième vice-président du Conseil des Etats, ce démocrate-chrétien de 57 ans a déjà été reconduit pour quatre ans par la Landsgemeinde de son demi-canton ce printemps.

Mais il n’est pas le seul à pouvoir se réjouir de revenir à Berne. A moins d’une candidature de combat de gauche, qui n’aurait aucune chance de succès, l’UDC nidwaldien Peter Keller, chroniqueur à la Welt­woche, est assuré de rester au Conseil national. Andrea Caroni (PLR/AR) dispose de la même certitude, à la différence qu’il quitte le Conseil national après quatre ans pour succéder sans combattre au conseiller aux Etats Hans Altherr, qui se retire.

Les deux sénateurs du canton de Glaris, Werner Hösli (UDC) et Thomas Hefti (PLR), entrés en cours de législature pour remplacer leurs prédécesseurs This Jenny et Pankraz Freitag, tous deux décédés, devraient être reconduits sans coup férir. L’unique conseiller national de ce canton, le président du Parti bourgeois-démocratique, Martin Landolt, connaîtra le même sort si l’UDC renonce à l’attaquer.

Le cas spécial du Jura

Un scénario identique est attendu dans le canton d’Uri. L’élection au Conseil des Etats sera probablement tacite. Le sortant Isidor Baumann (PDC) et le conseiller d’Etat Josef Dittli (PLR) sont seuls en lice, le second se préparant à reprendre le siège du Vert’libéral Markus Stadler, qui se retire.

Aux Grisons, les deux titulaires, Stefan Engler (PDC) et Martin Schmid (PLR), deux anciens membres du gouvernement cantonal, devraient être confirmés, même si l’UDC lance un outsider dans la course. A Neuchâtel, on voit mal qui pourrait empêcher la réélection des sénateurs Didier Berberat (PS) et Raphaël Comte (PLR), qui sera le prochain président du Conseil des Etats. On aurait pu penser qu’une même issue se produirait dans le canton du Jura, où l’actuel président du Conseil des Etats, Claude Hêche (PS), et la démocrate-chrétienne Anne Seydoux-Christe sollicitent un nouveau mandat. Mais l’ancien conseiller national et ex-maire de Delémont Pierre Kohler, lui aussi démocrate-chrétien, vient brouiller les cartes.