C’est un drôle de bateau qui flotte depuis quelques semaines sur le lac des Toules, situé à quelques encablures du col du Grand-Saint-Bernard. Pas de capitaine, ni de moteurs, juste des amarres pour ne pas que la plateforme dérive sur cette étendue d’eau artificielle, née de la création d’un barrage en 1958. Cet objet difficilement identifiable est en réalité un parc solaire. Le premier du genre en milieu alpin.