Circulation 

Le centre de Genève sera interdit aux véhicules très polluants

Certains véhicules très polluants ne seront plus autorisés à circuler au centre de Genève en cas d'alerte au smog, a annoncé mercredi le Conseil d'Etat genevois. Les contrevenants risquent 500 francs d'amende

Le canton de Genève innove en Suisse avec un système de circulation différenciée. Dès le 15 janvier, les véhicules les plus polluants ne pourront plus circuler dans le centre ville en cas d'alerte au smog. Les contrevenants risquent 500 francs d'amende a expliqué le président du gouvernement Antonio Hodgers. Le dispositif qui sera mis en place repose sur des macarons de six couleurs différentes. Chaque véhicule devra porter un autocollant qui reflétera ses performances environnementales.

Lire aussi: «Lyon Confluence peut inspirer Genève»

Le vert sera réservé aux véhicules électriques ou fonctionnant à l'hydrogène. A l'autre bout de l'échelle, le gris devra figurer sur le pare-brise des engins les moins écologiques. En cas de pics de pollution de l'air, les porteurs de la pastille grise seront les premiers touchés par l'interdiction de circuler au centre-ville.

Si le smog persiste, les restrictions s'appliqueront aux véhicules situés juste après dans la hiérarchie, et ainsi de suite, en fonction de la durée de l'épisode de pollution de l'air. La mesure ne devrait toutefois pas toucher grand monde. Il n'y a en principe jamais plus de dix journées problématiques par année.

La météo décidera

Tout dépendra des conditions météorologiques, a expliqué Antonio Hodgers. Les voitures de tourisme relativement récentes devraient pouvoir circuler sans aucune restriction. Le système adopté par Genève est une copie de celui qui existe déjà du côté français. Il sera ainsi possible de contrôler les véhicules frontaliers.

Le macaron, qui coûtera 5 francs, sera disponible dès le mois de décembre. Il devrait pouvoir être acheté dans les stations-service et les communes, a indiqué Antonio Hodgers. Un courrier sera adressé à tous les propriétaires de véhicules à Genève. Le code d'émissions figurant sur la carte grise déterminera la couleur de l'autocollant.

Avec ce système de circulation alternée, le gouvernement genevois met en oeuvre une loi qui a été votée il y a un an par le Grand Conseil. La législation prévoit aussi d'autres mesures lors de pics de pollution de l'air, comme la gratuité des transports publics ou la réduction de la vitesse sur l'autoroute de contournement.

Lire également: Le pari fou d’éteindre le Grand Genève

Un délai transitoire de deux a été accordé aux véhicules professionnels de transport pour se conformer au nouveau règlement. «Nous avons adopté un compromis entre la liberté économique et le droit de respirer un air sain», a expliqué Antonio Hodgers. Pour les autres véhicules, il n'y aura pas de sanction jusqu'au 31 mars 2020.

Publicité