Le Centre dit nettement oui au «mariage pour tous» et rejette l’initiative dite des «99%». Les délégués ont fixé samedi les mots d’ordre en vue des votations fédérales du 26 septembre.

A une large majorité, les 230 délégués ont estimé qu’il était temps d’ouvrir le mariage aux couples de même sexe. Ils ont en revanche largement rejeté l’initiative «99%» des Jeunes socialistes, qui veut imposer davantage le capital.

Lire aussi: Des affiches choc secouent la campagne du mariage pour tous

Les délégués ont également décidé la liberté de vote sur l’initiative populaire «Pour des soins infirmiers forts». Ils rejettent l’initiative sur la justice et disent en revanche nettement oui à la loi révisée sur le Covid-19. Ces trois objets sont soumis au peuple le 28 novembre.

La conférence des sections cantonales du Centre avait décidé recommandé de voter «non» à l’initiative sur les soins infirmiers. Samedi, une majorité des délégués ont plaidé en faveur de l’initiative. Lors du vote, le camp du «non» l’a toutefois emporté de quelques voix, et l’assemblée a décidé de laisser la liberté de vote.

Enfin, les délégués du Centre ont clairement rejeté la proposition d’élire les juges fédéraux par tirage au sort.

L’UDC a «abusé du 1er août» pour diviser

Devant les délégués de son parti réunis à Zoug, chef-lieu de son canton, le président du Centre Gerhard Pfister a défendu l’extension du certificat Covid qui «apporte davantage de libertés à notre société». Opposée à cette mesure, l’UDC «divise une fois de plus notre société en attisant des mécontentements», a-t-il dénoncé. «C’est irresponsable», a-t-il commenté tout en défendant la loi Covid-19 soumise au peuple le 28 novembre.

Le conseiller national a dénoncé également le discours et les projets de l’UDC contre les grandes villes dirigées par des majorités roses-vertes. L’UDC a abusé, sans scrupule, de la Fête nationale, symbole de notre liberté et de notre solidarité nationales, pour diviser le pays et monter la campagne contre la ville, a-t-il déploré.

nous nous engageons pour la cohésion

Gerhard Pfister n’a pas non plus épargné les Jeunes socialistes. A travers leur initiative «de combat de classes», soumise au peuple le 26 septembre, «ils tentent de diviser la société», estime-t-il. Face aux partis «qui veulent diviser notre pays au seul profit de leur idéologie et de leur profil politique, et pour la solidarité en Suisse», a souligné le président du Centre. Le Zougois a évoqué l’initiative de son parti pour une maîtrise des coûts de la santé et sa volonté de trouver des «solutions équilibrées» pour l’avenir des retraites et pour le climat. Il a appelé le PLR à rejoindre le Centre dans ces domaines.

En termes électoraux, Gerhard Pfister a rappelé l’ambition de son parti de progresser sur le plan national lors des élections fédérales de 2023.


Dépêche modifiée le 11 septembre 2021, à 22h24, pour préciser que l'initiative «99%» n'a été soutenue que par trois délégués. Merci à un lecteur attentif.