Pour les crèches Lolilola, sa directrice, ses 15 employés et les 60 enfants qui y sont accueillis, le compte à rebours a commencé. A la suite de l’obligation faite aux crèches privées genevoises par leurs autorités de tutelle d’augmenter, au 1er janvier 2021, les salaires au niveau de ceux versés dans le secteur subventionné, la créatrice de ces trois structures tient un décompte des semaines de trésorerie qui lui restent. On en est à six. A la septième, la directrice aux quinze ans d’expérience dans ce domaine se verra contrainte de fermer, assure-t-elle.