Le répit aura été de courte durée. A peine le temps de reprendre leurs marques que les restaurateurs suisses redoutent un modèle «à la française», dans lequel la clientèle devrait systématiquement montrer patte blanche.

Dans l’attente d’une annonce officielle du Conseil fédéral, les restaurateurs sont inquiets. Le président de GastroVaud Gilles Meystre se dit momentanément rassuré par les propos d’Alain Berset, mais pressent que le ton va changer: «Quand on voit ce qui se met en place en France puis maintenant en Autriche, la menace d’un passe obligatoire semble réaliste.» Le responsable de la faîtière souligne qu’aucun restaurateur ne semble actuellement demander le certificat alors que la zone orange lui en donne la possibilité: «C’est un signal clair. Ce passe est contraire à notre vocation d’accueil. Il n’est ni souhaité ni adopté. Si on devait engager du personnel supplémentaire pour contrôler les clients, il resterait encore et toujours la question de l’indemnisation.»