Formation

Cesla Amarelle change de «second»

Nommé directeur général de l’enseignement obligatoire, Giancarlo Valceschini devra mener à bien les réformes de la pédagogie spécialisée et la révolution numérique. Socialiste yverdonnois, il est l’un des hommes de confiance de la conseillère d’Etat

La Direction générale de l’enseignement obligatoire (DGEO), l’un des plus grands services de l’Etat de Vaud avec plus de 10 000 enseignants et une centaine d’établissements scolaires, a un nouveau chef en la personne de Giancarlo Valceschini. Pur produit du sérail, cet ancien directeur d’école primaire avait rejoint le département en novembre 2006. Il a notamment été responsable de l’Office cantonal des bourses d’études, avant de reprendre la direction du Service de l’enseignement spécialisé et de l’appui à la formation (Sesaf) en mai 2018. Ancien chef du groupe socialiste au conseil communal d’Yverdon-les-Bains, Giancarlo Valceschini est l’un des hommes de confiance de la conseillère d’Etat Cesla Amarelle, également originaire de la capitale du Nord vaudois.

Fusion de services

Giancarlo Valceschini devra mener à bien deux importants chantiers: l’adaptation de l’école vaudoise à la révolution numérique et le projet d’intégration scolaire appelé Vision 360. Lancé en février 2018, ce dernier vise à revoir en profondeur l’aide aux élèves nécessitant des besoins particuliers, au travers d’une approche transversale. Une refonte qui aboutira à terme à la réunion de la DGEO et du Sesaf, qui se retrouvent donc aujourd’hui placés sous la même direction.

Lire aussi: Pédagogie spécialisée: Cesla Amarelle remet l’ouvrage sur le métier

Agé de 60 ans, l’Yverdonnois, qui est entré en fonction le 1er mars, succède à Alain Bouquet. Ce dernier avait fait valoir son droit à une retraite anticipée pour le 1er janvier 2020. Mais la volonté d’unir rapidement les deux entités du département a convaincu de procéder à des changements dès ce début d’année 2019. D’ici son départ à la retraite à la fin de l’année, Alain Bouquet se voit confier la réalisation d’un rapport sur les conséquences de la loi sur l’enseignement obligatoire (LEO), entrée en vigueur à la rentrée scolaire 2013-2014.

Réformes rapides

La nomination de Giancarlo Valceschini illustre une nouvelle fois la résolution de Cesla Amarelle, en poste depuis le 1er juillet 2017, d’aller vite dans les réformes, n’hésitant pas à bousculer l’institution. Ainsi, en octobre dernier, le chef du Service de protection de la jeunesse (SPJ), Christophe Bornand, s’en allait «d’un commun accord», alors qu’une réforme en profondeur devait être menée après les carences mises au jour à la suite d’une dramatique affaire de huit enfants maltraités et abusés. Quelques mois plus tôt, c’est Hervé Klopfenstein, directeur de la Haute Ecole de musique, qui avait été relevé de ses fonctions après de nombreux mois de crises aiguës dans l’institution.

Lire aussi: Les cantons veulent reconstruire la Haute Ecole de musique

Publicité