L’école sait fonctionner en période de pandémie; et s’il avait été obligé de recourir à l’enseignement à distance durant la première vague, le Département vaudois de la formation l’exclut dans les circonstances actuelles. Compte tenu des chiffres peu élevés d’écoliers testés positifs et grâce aux mesures sanitaires et de suivi mis en place, le gouvernement affirme que le risque de contagion à l’école est faible et que le dispositif présent est efficace.

Depuis la rentrée d’août, seul 0,13% des élèves entre 5 et 16 ans ont été testés positifs au Covid-19, et 0,41% à l’école au postobligatoire. Huit classes de l’école obligatoire sur un total de plus de 4500 ont dû fermer, entre un et quatre jours, et aucune n’a été fermée au postobligatoire. Le nombre d’élèves absents a bondi mais reste maîtrisé, affirme le département.

Lire aussi: Le casse-tête des quarantaines à l’école

A l’école obligatoire, depuis le mois d’août, entre 1,7 et 5,2% des élèves ont manqué un jour d’école contre 0,7 à 2,3% à la même période l’an passé. Au postobligatoire, le 16 novembre 2020, on compte près de 4% d’absents, expliqués par un certain nombre de quarantaines, certains cas positifs et par les autres raisons habituelles.

«On n’a pas trouvé de classe, à ce stade, dans laquelle des transmissions significatives se seraient passées, annonce le médecin cantonal adjoint Eric Masserey. L’école n’est pas une contributrice significative à l’épidémie dans la société. Nous estimons que l’école vaudoise peut donc continuer à rester ouverte sans risque particulier.»

Une équipe mobile de tests rapides

La mise sur pied d’une équipe mobile de tests rapides a également permis de diminuer le temps perdu en attendant les résultats. «Cette équipe mobile teste les élèves dès la 9e année, jusqu’à la fin de la scolarité obligatoire, explique Véronique Berseth, déléguée à la protection du climat scolaire. Elle intervient lorsque trois élèves sont testés positifs dans une même classe sur une durée de cinq jours consécutifs. Le déclenchement de l’intervention se discute avec le médecin cantonal, et les résultats interviennent au bout de quinze à vingt minutes.» A ce jour, l’équipe de tests rapides est intervenue pour une classe de gymnase, une classe de secondaire I, et tous les collaborateurs au sein d’un établissement scolaire.

Peu d’enseignants testés positifs

Le nombre de cas d’enseignants testés positifs au Covid-19 est bas, 0,57% pour l’obligatoire et 1,4% pour le postobligatoire, mais le nombre d’entre eux en quarantaine est important. Sur le plan de l’école obligatoire, les pourcentages d’absences oscillent entre 6 et 8% contre 3 à 6% l’année dernière. «La gestion des remplacements s’effectue à flux tendu», admet la conseillère d’Etat.

Lire aussi: Le rôle des enfants dans la pandémie se précise

Le département a soumis un certain nombre de questions au conseil scientifique du canton de Vaud. Cesla Amarelle partage les réponses reçues sur le port du masque. «Le conseil scientifique ne recommande pas le port du masque chez les moins de 12 ans pour trois raisons: L’OMS ne le recommande pas, son port est une entrave au développement des enfants, et la capacité des jeunes enfants à respecter les règles est limitée. Par contre, le port du masque est recommandé à partir de 12 ans, de même que chez les enseignants en tout temps.» Le Conseil scientifique confirme encore que l’aération régulière des classes est très utile.