Pour la justice neuchâteloise, Yvan Perrin n’a pas cherché sciemment à abaisser ou à discriminer les musulmans en maintenant des posts haineux sur son mur Facebook. Le Tribunal de police du Littoral et du Val-de-Travers a acquitté, ce mercredi en fin d’après-midi, le politicien UDC, qui était poursuivi pour discrimination raciale. Au terme de la lecture du verdict, ce dernier affichait «sa satisfaction». «Le tribunal a analysé les faits et conclu que je n’avais commis aucune infraction», réagissait-il à chaud, visiblement soulagé.

Vu la personnalité et la carrière politique de l’accusé, qui a été conseiller national, conseiller d’Etat et vice-président de l’UDC Suisse, le procès était pour le moins attendu. Pour rajouter un peu de piquant à l’affaire, le Neuchâtelois avait choisi comme avocat son collègue de parti, le conseiller national valaisan Jean-Luc Addor, qui a été lui-même condamné pour discrimination raciale et a fait recours au Tribunal fédéral. Compte tenu des mesures de sécurité sanitaire et au vu du nombre de médias inscrits, l’audience s’est déroulée pour l’occasion dans la majestueuse salle du Conseil général de l’Hôtel de Ville de Neuchâtel, dont les imposantes boiseries donnaient une certaine solennité au débat de ce tribunal de police.