Deux variantes sont prévues: à 12 et à 21 milliards. En plus de puiser dans le fonds FTP destiné aux transports publics, qu’il s’agira de prolonger au-delà de la durée prévue, il faudra chercher de nouvelles sources, ont indiqué mardi l’Office fédéral des transports (OFT) et les CFF devant la presse à Berne.

Les solutions à l’étude sont une taxe perçue sur tous les billets des transports publics, une réaffectation de la part de la redevance poids lourds (RPLP) versée aux cantons, une hausse de la TVA ou encore une contribution des cantons. Ces derniers ont été informés lundi de ces propositions, a relevé le patron des CFF Andreas Meyer.

Plus de capacité

«Le point fort est mis sur les capacités et non sur la vitesse», a-t-il ajouté. Rail 2030 devrait fournir davantage de places assises aux heures de pointe sur les lignes à forte fréquentation, comme l’Arc lémanique, entre Genève, Lausanne et le Bas-Valais ou encore entre Berne, Zurich et Winterthour (ZH). Le nombre de trains augmentera dans les agglomérations de Berne, Bâle et Zurich.

Cela implique des investissements permettant l’engagement de trains plus longs, à deux étages ou l’introduction de trains supplémentaires. En de nombreux endroits, il faudra élargir les accès aux trains, rallonger les quais ou encore adapter l’alimentation en énergie.

Huit projets figurent en première priorité dans la variante à 12 milliards. Parmi eux, le développement des points nodaux de Genève et Lausanne, l’agrandissement du profil pour trains à deux niveaux en Valais, le développement du tronçon Lausanne-Berne et le doublement de la voie Gléresse-Douanne (BE) entre Neuchâtel et Bienne.

Option à 21 milliards

Trois projets s’y ajouteraient dans l’option à 21 milliards: les mesures pour le trafic régional et d’agglomération ainsi que des travaux au Gothard et au Zimmerberg.

Des mesures destinées au trafic marchandises sont prévues sur la ligne du Jura (tunnel de Gléresse) et entre Bâle et Zurich. Sur le corridor Nord-Sud, il est prévu d’augmenter le gabarit des tunnels, mais seulement dans la variante à 21 milliards. Des trains marchandises à grand gabarit – quatre mètres de hauteur aux angles – pourraient ainsi circuler au Gothard, comme c’est déjà le cas au Lötschberg.

Des projets de 2e priorité devront encore faire l’objet d’examens approfondis. Y figure par exemple la suppression des goulets de Lausanne-Yverdon-les-Bains (VD), de Morges-Allaman (VD) et de Gland-Rolle (VD).

Cantons mécontents

La Conférence des directeurs cantonaux des transports publics (CTP) a aussitôt rejeté les propositions de financement. Changer l’affection du fonds FTP pour assurer le maintien de la qualité aurait pour conséquence le report de futurs projets déjà décidés et urgents, écrit-elle.

Et rogner sur le tiers de la RPLP dévolu aux cantons (300 millions par an) de 2011 à 2027 «n’est pas non plus la bonne solution», selon les cantons. Comme la CTP, la Conférence des transports de Suisse occidentale souligne que le financement de ces infrastructures est une tâche de la Confédération. Et que la variante à 21 milliards est un minimum.

La mise en consultation de Rail 2030 devrait avoir lieu au printemps 2011. Le message du Conseil fédéral est attendu pour le deuxième semestre. Quant au début des travaux, le directeur de l’OFT Max Friedli a évoqué 2017/2018, quelle que soit la variante choisie.