Rail

Les CFF assurent que leur personnel n’est pas surmené

Les doubles contrôles humains sont réintroduits dans sept gares, dont celle de Granges-près-Marnand

«Le chemin de fer est le moyen de transport le plus sûr.» Le directeur général des CFF, Andreas Meyer, a répété les fondamentaux, vendredi matin, lors d’une conférence de presse organisée pour présenter les mesures prises suite à l’accident de Granges-près-Marnand, le 29 juillet dernier. Un ton rassurant accompagné de mesures d’améliorations immédiates: sept gares connaissant des croisements à voie unique, dont celle de Granges-près-Marnand, seront dotées d’un double contrôle humain lors du départ des trains. Les cercles de qualité interne seront en outre renforcés.

Andreas Meyer a commencé par souligner «son émotion» après l’accident qui a coûté la vie à un conducteur de train de 24 ans. Il a précisé avoir rencontré le pilote fautif, qui n’avait pas respecté la signalisation. Après avoir constaté son erreur, il avait actionné le frein d’urgence puis quitté la rame, selon la procédure prévue par les CFF. «Il ne faut pas s’en prendre à lui comme cela s’est passé en Espagne», a-t-il souligné, en référence à l’accident de Saint-Jacques-de-Compostelle qui a causé la mort de 79 personnes.

Philippe Gauderon, responsable de CFF Infrastructures, a fait le point sur la surveillance du trafic ferroviaire. Ils ont annoncé l’accélération de l’installation de 1700 signaux de contrôle de la vitesse. Ce programme, sobrement baptisé «1700 points» et devisé à 50 millions de francs, a été décidé en 2011. Prévu pour une entrée en service en 2020, il a été avancé à 2018, éventuellement 2017.

Ces nouveaux capteurs permettront d’arrêter un convoi avant le franchissement d’un feu rouge, réduisant ainsi les risques par deux. Ils auraient permis d’éviter l’accident de Granges-près-Marnand et quatre des cinq dernières collisions enregistrées sur le réseau, dont celle de Neuhausen, le 10 janvier dernier.

Les CFF s’apprêtent en parallèle à modifier en profondeur le système de contrôle du trafic. En fin de vie, le système halte/signal Signum et le contrôle de vitesse ZUB, limités à certains tronçons, sont remplacés depuis 2011 par de nouveaux composants, baptisés ETCS (European Train Control System). Cette mise à jour devrait être achevée en 2017. Elle coûtera 300 millions de francs. A terme, ETCS laissera sa place à ETCS 2, le futur standard européen géré par radiobalises qui équipe déjà le tunnel du Lötschberg et le tronçon Mattstetten-Rothrist. L’exploitation sur le réseau devrait intervenir par pallier dès 2025 pour un coût estimé à 2 milliards de francs.

Responsable de CFF Voyageurs, Jeannine Pilloud a également insisté sur l’importance de la sécurité – en lien avec le personnel cette fois. «Nous ne faisons aucun compromis en la matière.» Elle a évacué les reproches du Syndicat du personnel des transports: «Les conducteurs ne sont pas aux limites de leurs capacités physiques ou mentales. Nous avons des règles très strictes concernant les temps de repos, elles sont respectées.» Une étude externe sur les conditions de travail a été commandée. Ses résultats seront connus à la fin de l’année.

Publicité