Les CFF doivent mettre en place un nouveau système fiable pour que les passagers ne puissent plus se pincer les mains dans les portes de certains types de voiture. Cette recommandation émane du Service suisse d’enquête des accidents de sécurité (SESE).

Lire aussi: Les CFF contrôlent les fermetures des portes

C’est ce qui ressort du rapport intermédiaire du SESE publié mercredi. Il y a quinze jours, on apprenait qu’un client s’était fait pincer la main début mars dans la porte d’un train en partance à la gare de Berne. Il avait dû courir sur près de 45 mètres sur le perron avant de pouvoir retirer ses doigts. L’homme s’en était tiré avec des contusions.

Certains trains concernés

Le SESE a envoyé son rapport à l’Office fédéral des transports (OFT) qui devrait ordonner au propriétaire de «remplacer par un système fiable les systèmes où la protection anti-pincement est inactivée».

Lire également: CFF: l’entretien des wagons soumis à un audit externe

Le rapport n’indique pas combien de trains sont concernés. Ce système inadapté existe selon le SESE sur les voitures Eurocity, les voitures unifiées IV et les voitures de commande des Intercity. Le rapport porte sur l’incident survenu le 1er mars en gare de Berne. L’homme s’est coincé la main à 01h09 en voulant monter dans une voiture Eurocity.

Un décès à déplorer

Début août 2019, un contrôleur des CFF avait perdu la vie à Baden (AG) en raison d’un système anti-pincement défectueux sur une porte. L’homme est resté coincé dans la porte d’un train au moment du départ. Il avait été entraîné et avait succombé à ses blessures.

Les CFF ont par la suite contrôlé 1832 portes sur 458 voitures: 69 portes présentaient des défauts de sécurité. L’entreprise a également revu depuis le règlement pour le personnel au moment du départ des convois.