Les CFF prévoient de supprimer entre 300 et 350 emplois dans l’administration de leur division Infrastructure, dès 2010. L’ex-régie fédérale escompte une économie de 60 millions de francs par année. Aucun licenciement n’est prévu.

La restructuration se fera grâce aux départs naturels et à des changements de postes au sein de l’entreprise, a indiqué vendredi à l’ATS le porte-parole des CFF Reto Kormann. Il confirmait une information parue dans divers médias. Cette suppression de postes sera menée dans le respect de la Convention collective de travail, assure-t-il. Le conseil d’administration doit encore donner son feu vert.