«Cette initiative est un risque, celui de remettre en question tout ce qui se fait avec Saanen.» Albert Chapalay, qui vient de quitter la présidence de l'hôpital du Pays-d'Enhaut, estime que celui-ci a trouvé une solution régionale satisfaisante. Le bloc opératoire de Château-d'Œx ne sert plus qu'aux opérations programmées, et la maternité a été transférée à Saanen. Mais les patients de la Vallée sont indifféremment soignés dans les deux hôpitaux sans problème d'assurance, grâce à une convention. De la sorte, le Pays-d'Enhaut a pu sauver ses 47 lits (dont 10 de réadaptation) et un hôpital ouvert 24 heures sur 24. «Si tout doit être rediscuté au Grand Conseil, on pourrait nous dire d'aller à Vevey ou à Aigle», redoute le député syndic de Château-d'Œx, membre du comité d'opposition à l'initiative.

L. B.