En l’état actuel, Métamorphose coûte trop cher, soit environ 200 millions supplémentaires par rapport aux estimations d’origines. Les autorités lausannoises doivent donc revoir leurs comptes. Il s’agit dans les faits «d’optimiser» le vaste programme qui marie des équipements pour le sport au logement durable via un nouveau métro (M3).

Dans le communiqué, diffusé vendredi, la municipalité envisage d’échelonner certains éléments, sportifs surtout, voire de renoncer à l’un ou l’autre des investissements. L’exécutif cherche aussi des nouvelles recettes. L’étude des variantes devrait aboutir à la fin de l’été.

Du coup, le stade de la Pontaise, au cœur de la polémique depuis l’annonce de sa démolition à l’avantage d’une nouvelle enceinte au bord du lac Léman, pourrait échapper pendant quelques années encore à son sort, a indiqué à l’ATS le syndic Daniel Brélaz.