Il y a exactement un an moins un jour, Marcel M. était condamné à la prison à perpétuité pour son rôle dans le meurtre de Marcel von Allmen (LT du 30.03.2004). Son avocat avait prévenu de son intention de faire appel du verdict. C'est fait: selon la Berner Zeitung, Marcel M. a déposé un recours devant la Cour suprême du canton de Berne, demandant la cassation du verdict. Il a également demandé une nouvelle expertise psychiatrique, ce que le tribunal a refusé.

A l'époque âgé de 25 ans, le chef du groupuscule d'inspiration nazie «les Chevaliers de l'ordre aryen» avait été condamné pour le meurtre avec préméditation de Marcel von Allmen, 19 ans, massacré en 2001 à coups de barre de fer avant d'être jeté dans le lac de Thoune, ainsi que pour d'autres tentatives de meurtre. Ses coaccusés avaient écopé de seize ans de prison. Marcel von Allmen avait été tué pour n'avoir pas respecté la loi du silence qui régissait le groupuscule. Son corps avait été retrouvé près d'un mois après le drame.

«Une assertion déplorable»

Le 15 mars, l'avocat du principal condamné faisait part de sa volonté de faire appel, arguant que les expertises psychiatriques de son client étaient biaisées. Selon lui, l'expert psychiatre Volker Dittmann avait eu tort en ne décelant pas de troubles psychiques chez son client, et aurait un problème «personnel et subjectif avec les tendances de droite». Par ailleurs, les expertises des autres accusés seraient illégales.

Marcel M. et son avocat n'auront pas gain de cause. Pour l'instant. «La deuxième chambre du tribunal correctionnel, contrairement à ce que demande la défense, ne va pas limiter la procédure à la question de la cassation et n'entend pas pour l'instant commander de nouvelles expertises psychiatriques», a indiqué le président Martin Räz à la Berner Zeitung. Toute avancée dans l'affaire est en suspens et dépend des délais de l'instance d'appel, qui restent à être déterminés.

«L'assertion de la défense, comme quoi les expertises comporteraient des erreurs formelles et matérielles, est déplorable», a de son côté réagi le procureur général Markus Weber. Selon lui, le pourvoi en cassation demandé par Marcel M. reste néanmoins un «cas classique». L'expertise psychiatrique avait dépeint Marcel M. comme le meneur de la bande, pourvu d'une intelligence supérieure à la moyenne.