mitage

Chez les Jeunes Verts, la défaite joyeuse

Les jeunes écologistes encaissent une sévère défaite ce dimanche avec leur initiative sur le mitage. Dans les stamms des pour et des contre, on croirait pourtant presque le contraire

Deux camps, deux ambiances. Si l'initiative des Jeunes Verts contre le mitage devrait largement échouer devant le peuple, leur comité de campagne accueille la défaite avec enthousiasme. «C'était une belle campagne», se réjouit Oleg Gafner, co-président des Jeunes Verts vaudois, au stamm des initiants, à Berne. A droite, le comité des opposants célèbre la victoire dans une salle presque déserte. Le suspense n'a jamais eu lieu ce dimanche.

Notre analyse du vote de ce dimanche: Les Suisses refusent de geler leur territoire

La défaite? Une fête

Avant même que le premier résultat ne tombe, les Jeunes Verts concèdent la défaite. «On espère faire 35-40%», confie un gymnasien bernois en mangeant une carotte. Sans déception apparente.

Une foule réjouie s'active autour du buffet végétarien. «La nourriture a été sauvée de la poubelle», signale une participante à la fête du jour. Car c'est bien d'une fête qu'il s'agit, quel que soit le résultat. L'invitation distribuée aux journalistes porte ainsi le nom d'«Abstimmungsfest», la fête des votations. Le jus de pomme bio et les bières régionales coulent à flot, tout le monde semble apprécier l'ambiance et passer un bon dimanche.

Chez les opposants, viande séchée et absentéisme

A quelque pâtés de maisons de là, les opposants ont plébiscité le plateau de viande séchée. Dans une grande salle bien clairsemée, les journalistes surpassent presque en nombre les politiciens, qui s'adonnent au traditionnel jeu des interviews de dimanches de votation fédérale.

«Le résultat est clair», dit Patrick Eperon, coordinateur romand de la campagne du Non. «Nous nous réjouissons de voir une initiative écolo extrême ne pas triompher durant cette période de surmédiatisation du mouvement climatique», se félicite le Vaudois, «extrêmement content».

Au fond de la salle, un documentaire de la SRF – que personne ne regarde – anime un peu ce très calme après-midi de votations fédérales. A 13h30, tout paraît joué. Et tout le monde est content.


Quelques-uns de nos articles

Publicité