Le Conseil fédéral propose au parlement de réduire la durée maximale d'indemnisation de l'assurance chômage de 120 jours, qui passerait de 520 actuellement à 400, soit un an et demi contre deux ans jusqu'ici. Le gouvernement a adopté en ce sens, mercredi, un projet de révision de la loi sur l'assurance chômage. La limite devrait toutefois rester inchangée pour les travailleurs âgés et les bénéficiaires de rentes invalidité ou touchant des allocations de l'assurance accidents.

La période de cotisation passe de six à douze mois

Le gouvernement souhaite également porter la période minimale de cotisation ouvrant droit à l'indemnité de six à douze mois. En outre, la réforme doit permettre aux mères qui viennent de mettre un enfant au monde et qui demeurent en incapacité de travail de toucher des indemnités journalières pendant huit semaines, soit pendant la période où elles ne peuvent légalement être employées.

Cette réforme, «propre à assurer le financement à long terme de l'assurance», selon le Conseil fédéral, intervient alors que le taux de cotisation redescendra de 3 à 2% à fin 2003, conformément à la loi sur le programme de stabilisation financière de 1999. Le gouvernement était alors invité à proposer de nouvelles règles de financement au parlement dans le courant de l'hiver 2000-2001.

«Démantèlement»

Les résultats de la consultation à laquelle a procédé le Conseil fédéral à propos de ces nouvelles dispositions ont été, selon le gouvernement, «conformes aux attentes»: les organisations d'employeurs souhaiteraient une réduction plus sévère encore des prestations et des cotisations de l'assurance chômage, tandis que les syndicats jugent trop dure une réduction de cette ampleur de la durée d'indemnisation.

L'Union syndicale suisse (USS) a réagi, mercredi, en dénonçant un «démantèlement à la fois inutile et contre-productif». Selon l'USS, les mesures envisagées ne «déboucheront sur aucune économie et rendront encore plus difficile la réinsertion des personnes au chômage». Elle reconnaît cependant que le projet de loi apporte quelques améliorations, citant en particulier l'adaptation régulière, selon l'indice mixte de l'AVS, du revenu seuil donnant droit à une indemnité.