Et si la surprise du deuxième tour des élections au Conseil d’Etat fribourgeois, le 28 novembre prochain, venait du plus petit des partis encore en lice? Avec un poids électoral dépassant à peine les 4%, le Centre gauche-Parti chrétien social (PCS) pourrait décrocher, pour la première fois de son histoire, un siège au gouvernement. «La configuration n’a jamais été aussi bonne, assure le député Benoît Rey, l’une des figures du PCS. Nous nous mobilisons fortement pour y parvenir.» Pour rappel, portée par l’alliance de gauche, leur candidate Sophie Tritten a terminé au huitième rang du premier tour.