Christelle Luisier ouvre le bal de la campagne des élections cantonales vaudoises. Le 22 mars 2022 aura lieu le premier tour de l’élection au Conseil d’Etat et la ministre PLR chargée des Institutions et du Territoire est la première candidate à déclarer officiellement son intérêt à y siéger. C’est par voie de communiqué, signé de son comité de soutien, qu’elle le fait savoir.

Lire aussi: Dans le canton de Vaud, Christelle Luisier a remporté «l’élection de tous les dangers»

«Elue conseillère d’Etat en février 2020, et entrée en fonction le 18 mars 2020, Christelle Luisier, ancienne syndique de Payerne et ancienne députée au Grand Conseil, a démontré ses capacités de direction et de gestion en pleine pandémie en négociant et en permettant l’aboutissement de nombreux dossiers», détaille son comité de soutien.

Premier dossier porté de bout en bout

En avril 2021, elle proposait le premier projet qu’elle avait pu mener de bout en bout: une aide technique et financière aux petites et moyennes communes pour le déploiement de leur plan climat. «Les communes sont les acteurs au plus proche du terrain pour influer sur le changement climatique», déclarait-elle à cette occasion. Elle sollicitait un crédit de 2,4 millions de francs au Grand Conseil destiné à financer ce dispositif de soutien aux politiques climatiques.

Lire à ce sujet: Vers un plan climat propre à chaque commune vaudoise

Deux mois plus tôt, elle proposait au parlement une révision totale de la loi sur l’exercice des droits politiques, exigeant des partis la publication de leurs comptes et de leurs dons. «On peut parler d’un changement de paradigme attendu par la population, déclarait alors la conseillère d’Etat. La Suisse est le seul pays du Conseil de l’Europe qui n’a pas encore introduit de règle sur la transparence financière», dénonçait-elle.

Lire également: Vaud mise sur la transparence du financement de la vie politique

La fronde des communes

Mais là où les choses sont les plus tendues, c’est auprès des communes qui attendent un rééquilibrage de la facture sociale. Christelle Luisier s’est installée à son poste alors qu’une crise canton-communes existait déjà au sujet de cette facture sociale se montant à plus de 1,6 milliard, répartie à parts plus ou moins égales entre l’Etat et les communes, et qui fait suer ces dernières. La ministre annonçait il y a un peu moins d’un an un rééquilibrage annuel et pérenne de 150 millions de francs en faveur des communes, au plus tard dès 2028. Récemment, le quotidien 24 heures annonçait que certaines localités, dont les finances ne se sont pas améliorées, accusent aujourd’hui le Conseil d’Etat de ne pas respecter l’accord en refusant d’accélérer le rééquilibrage malgré des comptes excellents.

Lire à ce sujet: Leuba et Broulis, pierres angulaires de la stratégie de campagne des cantonales 2022

En se mettant à disposition de son parti pour les élections cantonales de 2022, la ministre PLR devance ses deux collègues Pascal Broulis et Philippe Leuba, qui n’annonceront a priori pas leurs intentions avant le 20 août. Au sein du parti, on pressent la sortie du premier, le maintien du deuxième. Les prétendants au Conseil d’Etat auront une semaine pour se faire connaître, et un mois plus tard le congrès désignera ses candidats officiels.