«On me sollicite sans arrêt pour 36 000 conneries. La preuve: tu m’appelles pour me demander si je téléphone sur la plage.» Au bout du fil, Christian Constantin est d’emblée le bon client que les médias s’arrachent pour deux raisons: il a un avis sur tout et le donne sans langue de bois. Forcément, le truculent patron du FC Sion se fait un devoir de rester joignable en tout temps, y compris durant les vacances d’été, mais il ne jure que par le téléphone. «Le Natel, oui. Le reste non», tranche-t-il, prouvant que les centaines de coups de fil qu’il dit recevoir et donner chaque jour suffisent à noircir son emploi du temps. Si CC est déjà occupé à «donner un renseignement sur l’immobilier» ou à répondre à un journaliste, il refera scrupuleusement la liste des appels manqués. Le courrier électronique? Il a «des secrétaires pour ça» qui répondent «quand elles savent» et l’appellent dans le cas contraire.