La division entre les deux tendances de l'Alliance de gauche peut avoir des conséquences fâcheuses pour la candidature de Christiane Brunner au Conseil des Etats. La syndicaliste socialiste bénéficie du soutien des socialistes et des Verts, mais figure sur la liste du Parti du travail avec Jean Spielmann et sur celle de Solidarités/Indépendants avec Bernard Clerc.

Une absence d'unité de la gauche qui pourrait, selon Christiane Brunner, favoriser les chances du libéral Jean-Michel Gros, qui fait alliance avec la conseillère aux Etats radicale Françoise Saudan.

Les déclarations de la socialiste à la Tribune de Genève – «cette triple candidature est une catastrophe pour la gauche» – font bondir un Christian Grobet, plus combatif que jamais. «Christiane Brunner, clame-t-il, a pris des positions que nous condamnons, notamment sur la loi sur travail, mais nous l'avons portée sur nos listes sans demander quoi que ce soit en échange, car nous préférons de loin la voir élue à la place du libéral

Jean-Michel Gros. Sans même nous remercier, la voilà qui se plaint aujourd'hui de la candidature de Bernard Clerc, alors que celui-ci dynamise toute la gauche. Mme Brunner est vraiment d'une arrogance invraisemblable.»

Fr. L.