élection

Christian Levrat ne briguera pas un siège au Conseil d’Etat fribourgeois

Son nom circulait pour l’élection complémentaire provoquée par la chute de Marie Garnier. Le président du PS national se sent «plus utile à Berne»

Il se sent «plus utile à Berne». Ce jeudi matin, le PS de Fribourg a voulu mettre fin aux «spéculations» courant sur l’hypothétique candidature de Christian Levrat, président du parti national, au Conseil d’Etat fribourgeois. Il ne se lancera pas, annonce la formation dans un communiqué.

L’élection complémentaire du 4 mars prochain devra réattribuer le siège de la démissionnaire Marie Garnier, écologiste, élue sur la liste de gauche et récemment accusée de violation du secret de fonction. La gauche compte trois élus au gouvernement, face à quatre représentants de la droite. Après les déboires de la ministre sur le départ, dont le Grand Conseil a voté la levée de l’immunité mardi, le bloc de gauche sera sur la défensive, d’autant que l’UDC, qui se sent brimée sur les rangs de la droite, pourrait vouloir lancer un candidat.

A ce propos: A Fribourg, la droite est divisée pour succéder à Marie Garnier

«Des échéances décisives»

Dans le communiqué, Christian Levrat estime que le travail de ministre cantonal est «certainement très intéressant», mais il se dit «pour l’instant plus utile à la population fribourgeoise en poursuivant [son] travail à Berne», où il siège aux Etats: «Nous avons des échéances décisives sur l’AVS, sur l’imposition des entreprises et sur la péréquation financière. Les intérêts de notre canton doivent être défendus avec la plus grande énergie.»

Eviter une complémentaire pour les Etats

La décision du président national a aussi sa part de calcul tactique: s’il entrait au gouvernement, il faudrait une élection complémentaire au Conseil des Etats qui pourrait se révéler à haut risque – le sénateur l’exprime en disant que «ce n’est pas raisonnable de provoquer ces élections en cascade, ni pour mon parti ni pour le canton, qui a besoin de retrouver un peu de calme et de sérénité, après une phase difficile».

Chez les Verts à ce stade, deux personnes se sont annoncées, la cheffe du groupe au Grand Conseil Sylvie Bonvin-Sansonnens et le vice-président du parti national, Gerhard Andrey.

Lire aussi: A une voix près, la ministre fribourgeoise Marie Garnier perd son immunité

Publicité